Juan Carlos : 4 mois de scandale, la famille royale rattrapée

Après une première enquête ouverte pour des accusations de corruption, l’ex-roi Juan Carlos fait l’objet de deux nouvelles procédures à son encontre, dont l’une pourrait aussi impliquer la reine Sofia.

Juan Carlos n’en a pas fini avec les scandales. Déjà visé par des investigations dans un dossier de corruption présumée, et rattrapé par les révélations fracassantes d’une ancienne maîtresse, l’ex-roi d’Espagne, toujours en exil à Abu Dhabi, voit encore son cas s’aggraver. La procureure générale de l’État espagnol, Dolores Delgado, a en effet confirmé que l’époux de la reine Sofia fait actuellement l’objet de deux nouvelles enquêtes, ouvertes à seulement quatre jours d’intervalle, rapporte Courrier international, qui cite un article du média espagnol, Eldiario.

La première concerne des soupçons de blanchiment d’argent, le parquet anticorruption espagnol s’intéressant à des sommes cachées appartenant à l’ancien roi sur l’île de Jersey”, précise le journal espagnol. Les investigations doivent permettre de déterminer “l’existence d’un ‘trust’ qui compte Juan Carlos Ier parmi ses bénéficiaires et qui est alimenté par des fonds issus d’une autre entité financière comparable, domiciliée dans les îles Anglo-Normandes”. L’enquête n’en serait qu’à un stade préliminaire, selon Eldiario.

Des cartes opaques

La deuxième enquête, elle, cible des dépenses de la vie courante “faites avec plusieurs cartes de paiement, dont se servait le roi Juan Carlos”. Et cette fois, la reine Sofia, jusqu’ici en dehors des affaires de son mari, pourrait être impliquée, ainsi que plusieurs de ses petits-enfants. Dans le détail, ces cartes seraient “liées à des comptes non détenus” par Juan Carlos, ni à aucun autre membre de la famille royale, et auraient servi entre 2016 et 2018, alors que l’ex-roi ne bénéficiait plus de protection constitutionnelle depuis son abdication en 2014. Les sommes utilisées, considérées comme des revenus non déclarés, pourraient dépasser les 120 000 euros, selon le parquet anticorruption.

Source: Lire L’Article Complet