Le coup de gueule d’Ariane Ascaride, en plein Covid-19 : “Je ne veux pas qu’on me parle comme à une enfant”

Invitée dans C à Vous sur France 5 vendredi 5 février 2021, Ariane Ascaride a manifesté sa colère, en pleine épidémie de Covid-19. Une époque que l’actrice peine à supporter.

Restez informée

En cette crise sanitaire du coronavirus, Ariane Ascaride a des envies de liberté. Vendredi 5 février 2021, l’actrice de 66 ans était reçue sur le plateau de C à Vous diffusé sur France 5, pour assurer la promotion de son ouvrage intitulé Bonjour Pa’ – Lettres au fantôme de mon père, publié aux éditions du Seuil. À travers plusieurs lettres adressées à son papa décédé, dans son livre, l’autrice évoque l’épidémie de Covid-19

Dans l’émission présentée par Ali Badou – le joker d’Anne-Elisabeth Lemoine – n’a pas caché sa colère. “Qui a envie de vivre cette espèce de science-fiction dans laquelle on est depuis un an ? C’est infernal !”, a-t-elle lâché, avant de poursuivre : “Je combats le fait que je suis dans une espèce de prison à ciel ouvert.” Dans ce contexte social inédit, où les citoyens français sont contraints de respecter un couvre-feu à partir de 18 heures, ne peuvent se rendre au restaurant, doivent justifier d’un motif impérieux pour voyager au-delà des frontières de l’Union européenne – entre autres mesures gouvernementales – l’épouse de Robert Guédiguian voit rouge : “Je ne supporte pas qu’on m’empêche de faire un truc. C’est très embêtant. Je suis tout à fait responsable”, a-t-elle déploré. Et d’ajouter : “Je ne veux pas qu’on me parle comme à une enfant. Pas du tout. Je déteste ça. (…) Je voudrais qu’on me parle en me respectant, en tant qu’adulte. Et en me disant merci. Comme on devrait dire merci à tous les Français parce que je les trouve, moi, tout à fait étonnants.”

Vaccins anti-Covid : “C’est n’importe quoi”

Lors de son interview, Ariane Ascaride s’est également insurgée contre la campagne de vaccination lancée dimanche 27 décembre 2020, et dont le rythme est vivement critiqué par de nombreux Français. “C’est n’importe quoi avec les vaccins. (…) Je pense qu’ils devraient un peu réfléchir. Ça m’embête parce que c’est toujours en fonction du profit qu’on pense, et non pas de l’humain. C’est ça qui est fatigant. (…) On continue à sourire mais c’est fatigant”, a-t-elle lancé, particulièrement remontée.

Source: Lire L’Article Complet