« Le débat sur la santé est totalement indigent » : Karine Lacombe sévère avec les politiques

L’infectiologue, Karine Lacombe, a expliqué dans les colonnes de l’Express sa déception quant au peu d’attention portée à la santé dans la cadre de la campagne présidentielle.

Karine Lacombe est déçue et n’hésite pas à le faire savoir. La responsable du service d’infectiologie de l’hôpital parisien Saint-Antoine estime que la question de la santé est reléguée au second rang des débats alors que, selon elle, ce sujet devrait prédominer.. Dans un article paru hier dans l’Express, son constat est sans appel : « Pour l’instant, le débat sur la santé est totalement indigent.« 

Elle a ensuite expliqué : « La seule thématique qui a émergé dans les médias, c’est le débat sur la Grande Sécu lancé par Olivier Véran. » Pourtant cela ne s’est pas suivi de vraies propositions, ce qui la préoccupe grandement : « Des présidentiables sont allés au-devant de personnes qui exercent dans la santé mais sans proposition concrète à ce jour. Cela m’inquiète énormément. Nous aurions pu penser que le maintien de la cohésion sociale était une préoccupation majeure.« 

Des suggestions pour relancer le débat

La scientifique lance ensuite plusieurs pistes de réflexions pour la campagne présidentielle, en estimant qu’il faudrait : « rendre l’hôpital à nouveau attractif. Redonner du sens à l’engagement des personnes, reconnaître leur investissement, avec des augmentations et des perspectives de progression ». Karine Lacombe milite aussi pour un allègement « de la rigidité de la fonction publique hospitalière« , tout en insistant sur le fait qu’une augmentation du nombre de soignants était « indispensable« .

Article écrit avec la collaboration de 6Medias

Crédits photos : Capture d’écran LCI

Autour de

Source: Lire L’Article Complet