Le prince Andrew ne devrait pas échapper à un procès au civil pour agressions sexuelles

Après de multiples tentatives de ses avocats pour faire classer la plainte, le prince Andrew risque finalement un procès aux États-Unis. Virginia Giuffre, une Américaine, a déposé plainte contre le fils de la reine Elizabeth II à l’été 2021. Elle l’accuse d’agressions sexuelles à New York, à Londres et sur l’île privé de Jeffrey Epstein, en 2001, quand elle avait 17 ans.

En 2019, le prince Andrew s’était retiré de la vie publique alors que l’affaire Epstein commençait à prendre de l’ampleur et qu’il avait tenté de se défendre dans une interview à la BBC. Il avait nié toute accusation et affirmait même ne pas connaître Virginia Giuffre, malgré des photos d’eux ensemble.

  • Qui est Ghislaine Maxwell, ex-compagne et rabatteuse présumée de Jeffrey Epstein ?
  • Jeffrey Epstein : ces personnalités qui gravitaient autour du milliardaire, accusé de trafic sexuel sur mineures

Récolter des preuves

Proche du pédocriminel millionnaire Jeffrey Epstein, qui s’est suicidé en prison en 2019, le prince Andrew avait demandé un rejet de cette plainte. Ce que le juge de New York, Lewis Kaplan, a estimé devoir « refuser à tous égards« , précise le New York Post.

Les avocats de l’accusé espéraient que la plainte soit rejetée en s’appuyant sur un accord signé en 2009 entre l’Américaine et Jeffrey Epstein. Il stipulait que la jeune femme ne pouvait pas intenter de procédure judiciaire contre lui ou « d’autres accusés potentiels ». Ce que le juge Kaplan a jugé « trop ambigu » pour que le prince Andrew soit protégé par cet accord.

Dans son jugement, Lewis Kaplan a noté que la plainte de Mme Giuffre affirme que le prince Andrew s’est livré à des « actes sexuels avec [elle] sans son consentement, en connaissant son âge et en sachant qu’elle était une victime d’un trafic sexuel et qu’elle était forcée de se livrer à ces actes« .

La plainte peut donc désormais se diriger vers un procès. Mais avant d’en arriver là, le « discovery process«  s’ouvre. C’est-à-dire, la phase préliminaire durant laquelle chaque partie va devoir récolter des preuves.

Pas de prison pour le prince Andrew

Toutefois, le prince Andrew ne risque pas la prison car il est jugé dans un procès civil et non pénal. Si tous ses recours pour empêcher la procédure échoue, le procès contre lui devrait se tenir vers septembre/décembre 2022. C’est du moins ce qu’estimait le juge Kaplan, en automne 2021.

Récemment, la compagne de Jeffrey Epstein, Ghislaine Maxwell, a été reconnue coupable de « trafic sexuel sur mineur », par un tribunal de New York fin décembre 2021.

  • Affaire Epstein : la police britannique abandonne son enquête contre le prince Andrew
  • « Jeffrey Epstein : Filthy Rich » : la parole est aux victimes

Source: Lire L’Article Complet