Le pronom « iel » entre dans Le Petit Robert : Jean-Michel Blanquer s’insurge

Dans sa sélection de nouveaux mots, Le Petit Robert a intégré le pronom neutre « iel » contraction de « il » et « elle ». Une décision qui a fait bondir certains politiques, à l’image de Jean-Michel Blanquer qui s’est insurgé sur Twitter.

En incluant le pronom « iel », Le Petit Robert fait polémique. Neutre, « iel » s’emploie pour « évoquer une personne quel que soit son genre » comme le définit le dictionnaire. « On a constaté que ce mot prenait de l’ampleur et nous l’avons intégré », a expliqué Marie-Hélène Drivaud, lexicographe au Robert dans les colonnes du Figaro. Une avancée dans l’écriture inclusive qui n’est pas du goût du ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse.

Sur Twitter, Jean-Michel Blanquer s’est insurgé : « L’écriture inclusive n’est pas l’avenir de la langue française. Alors même que nos élèves sont justement en train de consolider leurs savoirs fondamentaux, ils ne sauraient avoir cela pour référence. » Une réaction en lien avec le tweet précédent du député LREM de l’Indre François Jolivet, fervent opposant à l’écriture inclusive. Dans une lettre publiée sur Twitter et adressée à la secrétaire de l’Académie française, l’ancien militant UMP a écrit sa colère de voir ce pronom entrer dans le dictionnaire. Dans les commentaires, si de nombreux internautes ont fait part de leur colère :« Un dictionnaire enregistre des mots qui existent. C’est vraiment pénible qu’un ministre profite d’entrées dans le dictionnaire pour faire sa propagande« , d’autres ont apporté leur soutien : « Je soutiens totalement la demande de F.Jolivet. Fidèle au Petit Robert depuis la nuit des temps je les jette tous et n’en achète plus aucun. »

Je soutiens évidemment la protestation de @FJolivet36 vis-à-vis du #PetitRobert
L’écriture inclusive n’est pas l’avenir de la langue française.
Alors même que nos élèves sont justement en train de consolider leurs savoirs fondamentaux, ils ne sauraient avoir cela pour référence: https://t.co/09thJzQ7iN

Les politiques en guerre contre l’écriture inclusive

Pour rappel le ministre de Jean Castex, avait déjà fait part de son opinion bien tranchée sur le sujet en mai dernier. Il avait alors fait paraître une circulaire pour écarter l’écriture inclusive de l’Éducation nationale. Et ce n’est pas la première fois que François Jolivet se révolte face à l’écriture inclusive. En février dernier, il avait déposé une proposition de loi pour interdire « l’usage de l’écriture inclusive pour les personnes morales en charge d’une mission de service public ». Un cas non isolé, puisque Laurent Wauquiez, a pris une décision similaire pour bannir l’écriture inclusive des documents officiels de la région Auvergne Rhône-Alpes, dont il est président du conseil.

Crédits photos : Agence/ Panoramic / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet