Le saviez-vous ? A l’Elysée, Valérie Trierweiler bénéficiait d’un styliste

Valérie Trierweiler avait-elle un styliste ? Le magazine Madame Figaro s’est intéressé aux stylistes s’étant succédé à l’Elysée. Celui de l’ancienne compagne de François Hollande s’appelle Amor Ouni.

A propos de


  1. Valérie Trierweiler


  2. François Hollande

Avant de filer le parfait amour avec Romain Magellan, Valérie Trierweiler était la compagne de François Hollande. Elle succède ainsi à Carla Bruni, au “poste” de Première dame. Pas facile de passer derrière que certains à l’étranger comparaient à Lady Di et Jackie Kennedy, rappelle Madame Figaro, ce 14 mai, qui consacre quelques unes de ses pages aux stylistes de l’Elysée. Et pourtant, si elle s’y connaît moins en mode que l’ancien top model des années 1990, la journaliste s’affiche toujours élégante. En coulisses, un styliste qui répond au nom d’Amor Ouni.

À cette époque, l’homme qui dirige l’agence de stylisme Antichambre 24 a 31 ans. Celui qui s’occupe entre autres de la garde-robe scénique de Beyoncé, Rihanna ou encore Madonna lors de leurs passages à Paris a rencontré Valérie Trierweiler dans les couloirs de la chaîne D8, trois ans auparavant. “Quand elle est arrivée à l’Elysée, elle m’a demandé de continuer à l’habiller, confie-t-il à Madame Figaro. Je crois que c’était plus rassurant pour elle d’avoir un pro à ses côtés.” Il précise qu’elle ne souhaitait pas que choisir sa tenue devienne pour elle “un problème au quotidien”.

“Une très belle femme”

Aux côtés du président “normal”, elle est la Première dame “normale chic”, estime Amor Ouni. Le parfait moyen de rester en adéquation avec son compagnon mais aussi avec ses valeurs, et le milieu populaire dont elle vient. Tara Jarmon et Apostrophe sont ses marques du quotidien. Elle peut néanmoins se laisser aller à quelques robes griffées lors des soirées, parmi lesquelles Dior ou Saint Laurent. Valérie Trierweiler est une très belle femme, ajoute-t-il. Les marques étaient ravies de l’habiller […]”

En juillet 2013, le styliste avait déjà évoqué au cours d’un entretien avec Gala le protocole très strict qu’ils respectaient pour choisir ensemble ses tenues. “Par exemple, pour le déplacement en Chine, il était mentionné d’éviter le blanc, couleur du deuil, et le jaune, une tonalité érotique”, confiait Amor Ouni. Et selon lui, le style de la mère de Leonard Trierweiler, plaisait beaucoup au président de la République. “[Elle] me rapporte fréquemment qu’il a aimé telle ou telle robe”, avait-il déclaré à ce sujet. Quant aux interdits, il assure qu’il n’y en a aucun “sauf le mauvais goût”. Mission réussie.

Crédits photos : Abd-Rabbo-Gouhier-Guibbaud-Lemouton-Mousse-Orban/ABACA

Autour de

Source: Lire L’Article Complet