Le saviez-vous ? Jonathann Daval espionnait ses beaux-parents

Dans le livre ‘Alexia, notre fille’ paru aux éditions Robert Lafont, Isabelle et Jean-Pierre Fouillot ont raconté l’histoire de leur fille assassinée par Jonathann Daval en octobre 2017. Dans ces 342 pages, on apprend notamment qu’il espionnait ses beaux-parents grâce à ses compétences en informatique.

Un gendre attentionné et prévenant. Isabelle et Jean-Pierre Fouillot ont décidé d’écrire l’histoire de leur fille Alexia dans un livre intitulé Alexia, notre fille publié aux éditions Robert Lafont. Une manière pour eux de rétablir la vérité et de redorer l’image de la défunte soeur de Stéphanie. Le couple a mis en lumière le comportement étrange de Jonathann Daval dans ces 342 pages en décrivant des scènes irréalistes. Avec notamment un focus sur la manière dont il espionnait ses beaux-parents…

Pendant une période de leur vie de jeune couple, Alexia et Jonathann Daval ont vécu avec Isabelle et Jean-Pierre Fouillot. L’occasion pour leur gendre de « se rendre utile auprès de nous. » Peut-être un peu trop… En tant que professionnel de l’informatique, il était le sauveur. « Isabelle comme moi, nous n’y connaissions pas grand-chose, et dès qu’il y avait le moindre problème de connexion, nous étions totalement dépassés. Chaque fois, lui, qui était informaticien, s’en est occupé » peut-on lire dans Alexia, notre fille. Jonathann Daval s’est même occupé de « toute l’installation pour nous au bar comme à la maison, et il avait mis en place un système de caméras connectées qui nous permettait de voir depuis notre ordinateur ce qu’il se passait. » Ce qui signifie donc qu’« il avait tous les codes d’accès de nos ordinateurs, de nos mails. »

Jonathann Daval : un voyeur ?

Jean-Pierre Fouillot l’avoue, « on lui a très vite fait une confiance totale. » Sans savoir que toutes ces informations lui serviront pour « espionner l’intérieur du café, savoir qui s’y trouvait et s’il pouvait s’y rendre sans risque. » Celui qui partageait la vie d’Alexia avait également un double des clés du domicile familial pour s’y rendre quand bon lui semble. Le constat est clair pour les parents d’Alexia, Jonathann Daval « a vraiment su y faire pour qu’on l’accepte auprès de nous, et, bien sûr, qu’il vive entre nos murs pendant une année a facilité les choses. Il faisait vraiment partie de nos vies.«  Il était tellement omniprésent, que « c’était comme un fils ! » Une terrible trahison pour Isabelle et Jean-Pierre Fouillot.

Crédits photos : Bruno Grandjean / Panoramic / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet