Leila Kaddour : quel métier exerçait-elle avant de devenir journaliste ?

Dès le dimanche 15 novembre 2020, Leila Kaddour présentera les Soirées Lumni sur France 4. Pour l’occasion, la journaliste de 40 ans s’est confiée à Télé Star sur sa mission, et comment son ancien métier l’y avait préparé.

Une véritable mission éducative ! Pendant le premier confinement, un million d’enfants ont regardé chaque jour France 4 afin de continuer d’apprendre. D’ici une semaine, c’est Leila Kaddour qui présentera les Soirées Lumni, sur France 4, chaîne de l’éducation et de la jeunesse. Un rôle sur-mesure pour la jeune femme qui est une ancienne prof de français-latin-grec. Alors que la journaliste donnera les clés pour comprendre l’histoire, la science ou encore la nature, c’est pour Télé Star que Leila Kaddour a expliqué : "L’idée, c’est de présenter ces soirées en tenant compte du public. Un public qui se compose à la fois d’élèves, mais aussi de parents. La matière pédagogique est avant tout une matière d’échange et, en ce moment, on a terriblement besoin de se parler."

Après avoir passé le CAPES, Leila Kaddour avait enseigné la littérature au lycée et le français et le latin au collège Jean-Monnet de Lusignan, tout en étant chargée de cours à l’université de Poitiers. Une carrière dont elle garde de très bons souvenirs… "J’aimais bien que les choses soient cadrées, organisées mais j’étais hyper détendue avec les élèves. Je suis très bon public et, souvent, les gamins ont un humour totalement tordant. En revanche, il ne faut pas essayer de me déborder. J’ai longtemps hésité entre l’Éducation nationale et le journalisme. Si j’ai commencé par l’enseignement, c’est sûrement parce que j’avais envie de rendre ce que l’on m’avait donné : c’est aussi ça, l’école"», a révélé la star du JT de 13 heures de France 2 le week-end.

"C’est un chouette métier mais difficile"

Quelques jours après l’assassinat de Samuel Patty, la journaliste concède qu’enseigner était aujourd’hui très difficile : "C’est un chouette métier mais difficile. L’actualité nous a rappelé que ce n’était pas anodin de transmettre ces valeurs de liberté ou d’émancipation et que ça peut conduire au pire. Être enseignant, ce n’est pas juste dispenser du savoir, c’est être en contact avec de l’humain qui, par définition, est sans cesse en mouvement."

Source: Lire L’Article Complet