Les escroqueries d’un chroniqueur de TPMP révélées… Marine Le Pen mêlée à l’affaire

Rattrapé par une affaire de plagiat, Jean Messiha voit son passé examiné à la loupe… Et le chroniqueur régulier de Cyril Hanouna fait l’objet de lourdes accusations…

A peine a-t-il rejoint le parti Reconquête de Eric Zemmour, fin 2021 que Jean Messiha est rattrapé par son passé… Le président de l’Institut Apollon, et chroniqueur régulier sur C8 et CNews, anciennement membre du Rassemblement National n’a pas tout dit sur les raisons qui lui ont valu d’être écarté du parti de Marine Le Pen, en 2020. C’est dans un article publié par le Monde ce 31 décembre que l’on apprend ce qu’il lui a valu de quitter ces rangs pour rejoindre ceux de L’heure des pros, Balance ton post et Touche pas à mon poste

16 200 euros au Rassemblement national

Alors que l’essayiste spécialiste de l’Afrique Loup Viallet l’accuse déjà d’avoir « volé son travail » en le plagiant dans un article publié dans le magazine Causeur (de sa consoeur de L’heure des pros, Elisabeth Levy) en juin dernier, les mots et les idées ne seraient pas le seul larcin de Jean Messiha.

Actuellement poursuivi au pénal pour contrefaçon, il aurait également contracté plusieurs dettes financières qu’il n’a jamais remboursé. C’est ce que dévoile l’eurodéputé André Rouger. En plus d’avoir facturé des prestations et des notes plagiées à la campagne des européennes du RN, pour la somme de 16 200 euros, il a également emprunté 3 000 euros à un fonctionnaire du Quai d’Orsay à la retraite, mais aussi 10 000 euros à une tierce personne, expliquent nos confrères.

« Il n’a pas de code d’honneur« 

Des sommes qui font dire à cette source que Jean Messiha « a un problème avec l’argent. Il n’a pas de code d’honneur« , puisque à ce jour, rien n’a encore été remboursé, au motif qu’il « avait toujours une raison personnelle ». « Mais on le voit toujours tiré à quatre épingles avec le costume du dernier chic » finit par pester André Rouger.

Source: Lire L’Article Complet