Lilibet Diana : la fille de Meghan et Harry déjà victime de racisme…

Lilibet Diana, la fille de Meghan Markle et le prince Harry est née ce 4 juin à Santa Barbara, et elle est déjà victime de racisme.


En mars dernier, Meghan Markle et le prince Harry avaient lâché une boule puante sur la famille royale en révélant à Oprah Winfrey qu’il y avait eu “des inquiétudes”, sur la couleur de peau de leur fils Archie, avant sa naissance. Dans la foulée, la reine Elizabeth II réagissait, tout comme le prince William, pour nier ces accusations de racisme.

Les tweets odieux d’une journaliste anglaise

Désormais installés en Californie, le couple de Sussex, qui a voulu fuir la pression médiatique en s’offrant un havre de paix à Montecito, n’a pas réussi à se débarrasser des commentaires haineux… Avec la naissance de leur fille, Lilibet Diana, les haters étaient de nouveau de sortie, sur les réseaux sociaux… Le 6 juin dernier, alors que l’heureux évènement venait d’être annoncé, et les prénoms de l’enfant avaient été dévoilés au grand public par un communiqué, la journaliste du magazine The Telegraph, Julie Burchill s’est complètement lâchée sur la Toile.

Sur son compte, l’Anglaise a écrit : “Quelle opportunité ratée. Ils auraient pu l’appeler Georgina Floydina !”, et de se moquer : Les fiers parents Harry et Meghan annoncent que leur nouveau bébé, Georgina Floydina, a signé un contrat avec Netflix”. Pour la journaliste, immédiatement renvoyée après 5 ans au journal, Meghan Markle et le prince Harry auraient mieux fait de rendre hommage à George Floyd, cet Américain qui est mort étouffé sous le genou d’un policier, à Minneapolis, en mai 2020. Une bavure policière qui avait créé un élan mondial d’indignation, ainsi que des manifestations pour le mouvement “Black lives matter” auquel Meghan Markle avait participé.

Engagée contre le racisme

La duchesse de Sussex, engagée contre le racisme avait alors expliqué dans une vidéo : “S’il devait y avoir une lueur d’espoir dans tout ça, je dirais que dans les semaines qui ont suivi le meurtre de George Floyd, au cours des manifestations pacifiques auxquelles vous assistiez, dans les voix qui se sont élevées, dans la façon dont les gens assumaient réellement leur rôle … [Notre pays] est passé de la tristesse à un sentiment d’inspiration absolue :  je peux voir que le vent tourne”.

Source: Lire L’Article Complet