Manuel Valls accusé d’avoir « craché à la figure des Français » : il se défend

Manuel Valls était invité sur le plateau des Grandes Gueules ce mercredi 31 mars. Alors que l’ancien ministre est de retour dans la capitale, après avoir tenté de se présenter à la mairie de Barcelone, l’avocate Marie-Anne Soubré lui a fait part de sa profonde déception.

A propos de


  1. Manuel Valls

Un “retournement de veste” vivement commenté. Invité sur le plateau de l’émisison Les Grandes Gueules sur RMC ce mercredi 31 mars, Manuel Valls a évoqué son retour dans la capitale, après son échec à la mairie de Barcelone, et parlé de son livre Pas une goutte de sang français, mais la France coule dans mes veines, paru aux éditions Grasset, où il clame son amour pour la France et sa volonté de la servir à nouveau. Un retour vivement commenté par l’avocate Marie-Anne Soubré.

“Je fais partie de la France fâchée contre vous” a-t-elle fait savoir face à Manuel Valls qui l’écoutait avec attention, “j’ai voté pour vous à la primaire socialiste, je ne m’en suis jamais cachée, je faisais même partie de ceux qui avaient plein d’espoir, et puis d’un coup l’espagnol devenu français nous dit finalement ‘désolé je suis espagnol’. Un choix qu’elle n’a pas franchement apprécié et l’a fait savoir. “Autant je suis très attachée à la double culture, à la double nationalité, mais que quelqu’un qui a les plus grandes responsabilités en France, viennent nous cracher à la figure en nous disant finalement ‘je retourne en Espagne parce que je ne suis rien d’autre qu’un petit espagnol’, et je vais me présenter à la mairie de Barcelone, j’ai été profondément choquée par ce retournement de veste.”

🗣️🗯️ @soubremarieanne à @manuelvalls : "Vous avez craché à la figure des Français en retournant en Espagne !" #GGRMC pic.twitter.com/4Dxa5TmuUg

“Il y a quelque chose qui s’est cassé”

Face à cette diatribe, Manuel Valls a tenté de se défendre. “Moi, j’étais cassé à ce moment là. Je n’accepte pas évidemment vos propos ‘j’ai craché sur la France’, je ne l’ai pas dit comme ça”, a-t-il rétorqué. Puis d’ajouter : “au contraire, mais je respecte votre parole, et ce que vous dites, mais acceptez aussi le recul que j’ai pris. Il est évident qu’au lendemain de la primaire, je n’ai pas mesuré suffisamment, en ne respectant pas le pacte de la primaireen rappelant qu’il n’avait pas soutenu Benoît Hamon mais Emmanuel Macron, tout en arguant qu’il ne voulait pas d’un second tour “Fillon/ Le Pen.”

Manuel Valls fait savoir qu’il “aurait dû se taire” mais que cela ne lui ressemblait pas. “J’étais la figure du traître parce que François Hollande ne s’est pas présenter, j’ai pris tous les coups du quinquennat, parce que je ne voulais pas crever ! (…) Mais après cette période, ayant retrouvé la maîtrise de mon destin, il y a quelque chose qui s’est cassé.” Rappelant avoir clamé son amour pour la France à l’Assemblée nationale, “j’en ai pleuré, mais il y avait quelque chose qui faisait que je devais partir.” Manuel Valls a alors supplié qu’on le prenne comme je suis, pas comme un bloc, comme un homme, comme un être humain.”

Crédits photos : Capture RMC Story

Autour de

Source: Lire L’Article Complet