Mort de Jean-Paul Belmondo : retour sur sa rivalité avec Alain Delon

Jean-Paul Belmondo et Alain Delon, les étoiles montantes de leur époque, se sont livrés à un combat de coqs dès le début de leur carrière. Retour sur cette rivalité révolue à l’occasion du décès du premier, lundi 6 septembre 2021.

Avant de se retrouver sur le plateau de tournage du film de gangsters Borsalino (1970), Jean-Paul Belmondo et Alain Delon tournent ensemble dans Sois belle et tais-toi (1958) de Marc Allégret et Paris brûle-t-il ? (1966) de René Clément. La collaboration entre les deux jeunes stars du moment se fait sans encombre même si l’As des As notifie dans son ouvrage Belmondo par Belmondo, au sujet du premier film : “Nous n’avons que deux petits rôles, mais Alain a son nom écrit en un peu plus gros sur l’affiche de promotion.” Le nerf de la guerre entre les deux acteurs est là, sur l’affiche. Une histoire de crédit et surtout d’ego.

La relation s’envenime sur le tournage de Borsalino réalisé par Jacques Deray. Alors que le contrat stipule que les noms des deux monstres sacrés doivent être inscrits en gros caractères, la mention “Paramount présente une production Alain Delon” écrase le reste de l’affiche officielle. La clause non-respectée, “pourtant condition sine qua non à l’équilibre fragile de nos deux ego” comme l’explique Bébel dans son autobiographie, les mène devant les tribunaux jusqu’à ce que la cour donne raison à ce dernier en 1972.

De faux ennemis mais de vrais amis

Réconcilié mais toujours taquin, le duo se sera donné pas moins de huit fois la réplique. En 2015, le Magnifique justifiait auprès du Parisien : “À l’époque, on était les deux acteurs qui marchaient, alors il fallait qu’on se dispute. On s’est disputé un petit peu, mais trois fois rien. Il a toujours été là dans les moments difficiles.” Aujourd’hui, l’annonce du décès de Jean-Paul Belmondo laisse Alain Delon en peine.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias.

Crédits photos : MPP / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet