"On ne se dit pas ce genre de choses" : Charlotte Gainsbourg se livre sur sa relation pudique avec sa mère Jane Birkin

Le dimanche 2 janvier 2022, Charlotte Gainsbourg était le Portrait de la Semaine dans l’émission Sept à Huit, sur TF1. À cette occasion, la comédienne s’est livrée à quelques confidences au sujet de sa maman et de leur relation, parfois, compliquée.

  • Charlotte Gainsbourg
  • Jane Birkin

Afin de bien commencer l’année, Charlotte Gainsbourg a décidé de se dévoiler, sans tabou, face aux téléspectateurs. Dimanche 2 janvier 2022, l’artiste s’est confiée au sujet des personnes qui ont marqué sa vie à tout jamais dans Le Portrait de la Semaine, mené par Audrey Crespo-Mara et diffusé dans l’émission Sept à huit, sur TF1. À cette occasion, la comédienne a levé le voile sur certains souvenirs « très douloureux » lui rappelant sa vie en compagnie de son père, Serge Gainsbourg, décédé lorsqu’elle n’avait que 19 ans.

Notamment lorsque Charlotte Gainsbourg est revenue sur leur lieu de résidence avec sa maman, la chanteuse Jane Birkin. « Parce que j’ouvre la porte sur un moment de vie que j’ai eu, tellement heureux, tellement insouciant. Quand j’étais là-bas j’étais protégée de tout, j’étais sous sa protection. C’était assez magique. Moi j’ai eu l’impression d’avoir une place de chouchou avec mon père », a-t-elle déclaré.

La pudeur en première ligne

Et à l’évocation de cette relation privilégiée avec son géniteur, Audrey Crespo-Mara n’a pas manqué d’interroger Charlotte Gainsbourg à propos de celle qui lui a donné la vie. « Avec votre mère, vous n’avez su vous dire ‘je t’aime’ ? », a demandé la journaliste. Et pour cause… La quinquagénaire ne s’en est jamais cachée. Réservée, cette dernière a constamment eu du mal à avouer ses sentiments même aux êtres les plus chers à son cœur. « En fait, on se dit ‘je t’aime’ à des moments critiques. Elle a eu très peur quand j’ai eu un accident au cerveau, et du coup, c’est dans ces moments-là qu’il y a des déclarations. Nous, on a une facilité à se faire des déclarations par le biais d’une caméra ou d’un micro. Avec mon père, c’était un micro et avec ma mère, moi en tout cas, c’est avec une caméra », a-t-elle expliqué.

Les membres de la famille de Charlotte Gainsbourg, aussi, se sont toujours montrés très pudiques. « Mon père était très pudique, et jamais de la vie, on se disait ‘je t’aime’ ou on se faisait ce qu’on appelle un câlin. C’est un mot mais qui l’aurait hérissé. Ma mère aussi. Donc lui, d’une culture russe, très pudique, et elle, d’un culture anglaise plutôt bourgeoise, où on ne se dit pas ce genre de choses« , a-t-elle précisé. Mais la pudeur n’arrête pas l’amour…

Source: Lire L’Article Complet