Patrick Balkany à nouveau mis en examen pour détournement de fonds publics

Patrick Balkany aurait à nouveau été interrogé dans une ancienne affaire de détournement de fonds publics, datant de 2013, selon Le Parisien. Le quotidien a révélé ce vendredi 24 juillet que l’ancien maire de Levallois-Perret a été interrogé la veille pendant plusieurs heures à Nanterre.

Patrick Balkany

Isabelle Balkany

Patrick Balkany de nouveau impliqué par la justice. L’ancien maire de Levallois-Perret, presque sans discontinuer de 1983 à 2020, avait été condamné l’année dernière à deux fois quatre ans de prison et 100 000 euros d’amende pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale après des années de soupçons et d’enquêtes multiples sur lui et son épouse Isabelle Balkany (qui a écopé de quatre ans). Il avait été remis en liberté surveillée en février dernier du fait de son état de santé jugé incompatible avec la détention. Il serait malgré tout, selon Le Parisien, encore dans le viseur des autorités. Alors qu’il avait été aussi condamné en 1996 à quinze mois de sursis et 200 000 francs d’amende pour avoir utilisé des agents publics à des fins personnelles, l’ancien édile est soupçonné de récidive sur des faits similaires. Il aurait été arrêté et questionné par un juge d’instruction de Nanterre pendant plus de six heures ce jeudi 23 juillet.

Une vieille affaire de 2013 qui passe finalement devant les juges

En question cette fois, quatre chauffeurs employés par la ville de Levallois comme policiers municipaux et soupçonnés d’être en fait au service personnel de Patrick Balkany. L’affaire avait déjà été rendue publique en 2013, l’un des chauffeurs concernés s’était alors défendu qu’un policier est “en toute légalité détaché au cabinet du maire pour assurer les fonctions de chauffeur de sécurité.” Mais les chauffeurs en question auraient en plus bénéficié de voyages non justifiés auprès de l’homme politique de désormais 71 ans, notamment aux Antilles, à Saint-Martin, où le couple Balkany possédait une villa. Pour Le Parisien toujours, ce serait ce séjour qui serait sous le microscope de la justice. Le quotidien évoque des soupçons concernant l’utilisation de l’argent public pour financer ce dernier. Pour son avocat, Maître Romain Dieudonné, “c’est une non-affaire.” Elle fait déjà le non-événement.

Source: Lire L’Article Complet