PHOTO « Il m’aurait été facile de passer à l’étape supérieure » : Jean-Marie Périer se confie sur son addiction au cannabis

Jean-Marie Périer a célébré un bien triste anniversaire en ce lundi 3 mai. Le célèbre photographe a rendu hommage à son demi-frère, l’acteur Marc Porel, décédé en 1983 des suite d’une overdose. L’occasion pour lui d’évoquer son propre parcours et sa relation aux drogues. Son frère mort d’overdose ayant été son garde-fou pour lui éviter le pire.

Jean-Marie Périer

Jean-Marie Périer a beau avoir 81 ans, ce dernier utilise comme jamais les réseaux sociaux pour faire entendre sa voix ! Que ce soient ses coups de gueule, comme tout récemment envers la classe politique, ses coups d’amour, pour la chroniqueuse de Quotidien Ambre Chalumeau par exemple, ou bien pour ressortir des clichés vintage des plus grandes stars des yéyés, le photographe utilise son compte Instagram comme un vrai influenceur maîtrisant parfaitement l’outil ! Ce lundi 3 mai, c’est une tout autre raison qui a poussé l’ex de Françoise Hardy à s’exprimer. Le photographe a tenu à rendre hommage à son demi-frère, l’acteur Marc Porel, décédé en 1983 des suites d’une overdose. “Mon frère Marc Porel. J’avais fait cette photo de Marc au moment de la sortie de mon film Tumuc-Humac”, a-t-il légendé le portrait publié sur son compte Instagram.

Le copain de Sheila en a profité pour aborder la question de la dépénalisation du cannabis : “Je crains que ce soit un pis-aller mais franchement je n’ai pas d’avis tranché là-dessus. Simplement quand je vois ce visage, je ne peux m’empêcher de penser que c’est avec un simple joint qu’il a commencé à fumer, alors on peut penser ce qu’on veut mais moi tout ce que je vois c’est un immense gâchis.” Avant de poursuivre sur une touche plus personnelle et de livrer son témoignage sur sa propre dépendance.

“Je n’avais qu’à me pencher”

Jean-Marie Périer a dévoilé qu’il a commencé à fumer du cannabis lors de sa rencontre avec les Rolling Stones, et n’a ensuite plus arrêté pendant 20 ans. “Mon premier joint, je l’ai fumé avec Brian Jones à Los Angeles en 1967 et je n’ai pas arrêté pendant vingt ans…“. Il a ensuite déclaré qu’il lui aurait été très simple de s’adonner aux drogues dures : “Croyez-moi, vu ma tendresse pour Brian et mon admiration pour les Stones, il m’aurait été facile de passer à l’étape supérieure. Pendant les tournées avec eux je n’avais qu’à me pencher”, a-t-il dévoilé.

Selon le photographe, s’il n’est pas allé plus loin dans ses addictions, c’est parce qu’il avait des garde-fou, ses frères décédés prématurément. “Et si je n’ai pas plongé plus loin c’est sûrement grâce à mon frère Jean-Pierre mort en 1963. Quant à Marc, il a simplement transformé l’essai“, a-t-il tristement conclu.

https://www.instagram.com/p/COaqZd9LwK0/

A post shared by Jean-marie Périer (@jeanmarieperierofficial)

Source: Lire L’Article Complet