Quand Nicolas Sarkozy se comparait à Rocco Siffredi : cette anecdote savoureuse

En 2007, en plein dans la course à la présidentielle, Nicolas Sarkozy a cédé face à la pression. Alors que ses conseillers lui recommandaient de multiplier les émissions pour le rendre sympathique, l’homme politique a usé de son légendaire sens de la répartie pour faire part de son agacement en se comparant à Rocco Siffredi, comme le rappelle l’Opinion, ce 15 septembre 2021, servant aux médias une anecdote des plus croustillante.

À l’aube des élections présidentielles, les candidats se jettent à corps perdu dans une course effrénée. Pour épater les électeurs, les politiques misent sur une “proposition choc, comme l’écrit l’Opinion, ce 15 septembre. “Chaque candidat fourbit sa botte secrète“, précise le journal avant de faire un retour dans le passé en évoquant l’époque où Nicolas Sarkozy, le tonton flingueur, était en lice pour succéder à Jacques Chirac, à la tête du pays, rappelant au passage une surprenante anecdote sur le mari de Carla Bruni.

En 2007, Nicolas Sarkozy multiplie les plateaux télévisés pour assurer son élection partageant sa ‘proposition choc’, la création d’un ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale, sur le plateau de l’émission politique de France 2 À vous de juger. “Le candidat de l’UMP est plutôt bien placé, mais pas tiré d’affaire“, note l’Opinion, avant d’évoquer les coulisses de l’ascension tortueuse de Nicolas Sarkozy, en s’appuyant sur l’ouvrage de Patrick Buisson sorti en 2016 : “Dans La cause du peuple (Perrin), Patrick Buisson, son conseiller d’alors, raconte les coulisses de cette annonce. Nicolas Sarkozy est inquiet de la percée de Bayrou qui grimpe à 24 % des intentions de votes à la première semaine de mars.

Une comparaison audacieuse

Si l’ancien maire de Neuilly-sur-Seine reste en tête, le doute l’envahit et l’homme politique lance l’offensive en évoquant un exemple hasardeux. Selon son ancien conseiller de l’ombre, Nicolas Sarkozy s’est comparé à l’ancien acteur pornographique Rocco Siffredi pour illustrer les attentes des Français : “On me fait faire des émissions pour me rendre sympathique, mais ce n’est pas forcément ce que les Français attendent de moi. Ils s’en moquent, les Français, que je sois sympathique ! Ils veulent que je fasse le job. Est-ce qu’on demande à Rocco Siffredi d’avoir des sentiments ? Est-ce qu’on attend de lui des mots d’amour ? Non mais je m’excuse d’être vulgaire : Siffredi, son truc, c’est pas la bluette.” Un excès de colère, poussé par la pression, qui offre quatorze ans plus tard, une anecdote toujours aussi savoureuse.

Crédits photos : Romain Gaillard / Pool / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet