Qui est la veuve noire de l’Isère ?

Surnommée la veuve noire de l’Isère, Manuela Gonzalez a été condamnée à 30 ans de réclusion criminelle pour le meurtre de son époux, Daniel Cano. Un numéro de l’émission Faites entrer l’accusé lui est consacré, dimanche 12 décembre 2021 sur RMC Story.

Restez informée

Les téléspectateurs de la chaîne RMC Story retrouveront un nouveau numéro de l’émission culte Faites entrer l’accusé dimanche 12 décembre 2021 en prime time. Ce soir-là, le programme spécialisé dans les faits divers revient sur l’affaire Manuela Gonzalez, surnommée la veuve noire de l’Isère. Cette dernière a été condamnée en appel à 30 ans de réclusion criminelle par la cour d’assises de la Drôme le lundi 30 mai 2016, après avoir été reconnue coupable du meurtre de son mari, Daniel Cano. Le corps de la victime avait été découvert à l’arrière de son véhicule brûlé en 2008. À l’époque, l’enquête menée par les autorités locales avait conclu à un incendie volontaire. De plus, les analyses toxicologiques pratiquées sur le corps du défunt avaient révélé la présence de trois somnifères dans le sang de Daniel Cano. Malgré l’absence de « preuves évidentes » lors de son procès en 2014, Manuela Gonzalez fut condamnée à 30 ans de prison, avant de faire appel de cette décision. Deux ans plus tard, les jurés de la Drôme l’ont une nouvelle fois déclaré coupable à la majorité, ce qui a donc permis aux juges de confirmer la décision rendue en première instance. À la suite de ce nouveau verdict, l’avocat de l’accusée avait annoncé à France 3 le pourvoi en cassation de sa cliente.

Manuela Gonzalez décrite comme étant une « menteuse en série » durant son procès en appel

En fait, Manuela Gonzalez a hérité du surnom de la veuve noire de l’Isère car deux de ses anciens compagnons avaient déjà connu une mort violente, tandis que deux autres furent intoxiqués. Un sobriquet que contestent d’ailleurs ses avocats. Au cours de son procès en appel, la compagne de Daniel Cano avait indiqué : « Je souffre de la perte de mon mari » et « si je ne pleure pas on me juge froide […] si je pleure on dit que je fais la comédie« . « Oui, elle ressemble à une coupable« , mais « les évidences sont des contre-vérités« , et « le mobile est un leurre« , avait pour sa part affirmé son avocat, Me Gallo. De son côté, l’avocat général avait décrit Manuela Gonzalez comme étant une « menteuse en série« , pour qui « l’argent est le nerf de la guerre« .

Source: Lire L’Article Complet