Romy Schneider : la mort de son fils David l'a "achevée"

Ce mercredi 23 septembre, Romy Schneider aurait dû célébrer son 82ème anniversaire. Décédée trop jeune, la mythique comédienne a connu bien des drames dans sa vie. Mais la pire année restera sans doute 1981, lorsqu’elle a perdu tragiquement son fils, David.

C’est une année qu’elle n’aurait souhaité à personne. Pas même à son pire ennemi. Il s’agit de 1981. Cette année-là, Romy Schneider a divorcé avec le père de sa fille, le photographe Daniel Biasini et a combattu une tumeur cancéreuse au rein. Mais elle a surtout fait face à l’innommable : la mort tragique de son fils. David avait alors 14 ans. La vie s’offrait à lui. Même si malgré son jeune âge, il avait déjà été confronté à de douloureuses épreuves, comme la dépression de sa célèbre mère ou le suicide de son père, le dramaturge allemand Harry Meyen en 1979. Eprouvé par ces drames, l’adolescent a très mal vécu la séparation entre Romy Schneider et Daniel Biasini. « David ne supportait pas son divorce avec Daniel Biasini, qu’il aimait comme un père », confiait Bernard Pascuito, l’auteur de la biographie La dernière vie de Romy Schneider dans les colonnes de Midi Libre. Pire encore, le fait qu’elle ait retrouvé rapidement l’amour dans les bras de Laurent Pétrin. Cela a été la goutte d’eau pour le jeune David. Et la cause d’une violence dispute avec Romy Schneider, peu avant son décès. « Ils avaient eu une scène terrible car il ne voulait pas partir en vacances avec elle et Laurent Pétrin, son nouveau compagnon », a rapporté le journaliste. Ce que ni David ni Romy Schneider ne savait, c’est que c’est la dernière fois qu’ils se verront.

« Il ne m’a jamais quittée »

Si Romy Schneider est bel et bien partie en vacances avec son nouveau compagnon, David a quant à lui séjourné chez les parents de Daniel Biasini à Saint-Germain-en-Laye. C’est chez ses grands-parents de cœur que le drame est survenu. Nous sommes le 5 juillet 1981. David rentre alors d’une balade à vélo avec des copains. Casse-cou, l’adolescent a pris l’habitude, pour ne pas déranger les Biasini, d’éviter de sonner et donc d’escalader le portail. Sauf que ce jour-là, il trébuche, et la pointe de la grille s’enfonce dans son abdomen, lui perforant l’artère fémorale. Malgré sa blessure, David parvient à se traîner jusqu’à la maison, où les Biasini, paniqués, appellent immédiatement les pompiers. Prévenue par Daniel Biasini, Romy Schneider accourt à l’hôpital. Mais il est déjà trop tard. Le chirurgien n’a pu sauver David. « C’est fini, je suis vraiment navré », annonce-t-il à Romy Schneider.

Un cri déchirant résonne dans l’hôpital. Celui de cette mère éplorée – qui aura sans doute pour le restant de sa courte vie l’immense regret de leur dernière dispute. « Strident, désespéré […] le cri le plus terrible que j’entendis de toute ma vie », évoquera Daniel Biasini, marqué à jamais par cet hurlement de douleur. Comment se remettre de la mort de son enfant – si jeune, qui plus est, et en parfaite santé ? Romy Schneider doit tenir debout, au moins pour sa petite Sarah qui n’a que quatre ans. Mais la douleur est atroce. « Pourquoi tout cela me frappe-t-il ? David est tout ce que j’aime. J’ai enterré le père. J’ai enterré le fils. Je ne les ai JAMAIS quittés ni l’un ni l’autre. ET MOI NON PLUS, ILS NE M’ONT JAMAIS QUITTÉE », écrit dans son journal intime la mythique comédienne le 7 juillet 1981, après avoir enterré son aîné.

Tout la ramène à cette peine incommensurable. La traque des paparazzi en premier. « Qu’on me laisse enfin tranquille. Si on sait ce que certains soi-disant photographes sont capables de faire… […] le public a le droit de le savoir. Qu’on se déguise en infirmier pour photographier un enfant mort […] où est la morale ? Où est le tact ? », s’est-elle insurgée neuf mois après le drame sur le plateau de Champs-Elysées. C’est certainement Alain Delon qui résumera le mieux l’impact de cette perte sur cette écorchée vive. « Il a été trop malmené et bousculé, ce cœur qui n’était que celui d’une femme, le soir, assise devant un verre… On dit que le désespoir que t’a causé la mort de David t’a tuée. Non, ils se trompent. Il ne t’a pas tuée. Il t’a achevée ».

Source: Lire L’Article Complet