Stéphane Collaro : Une maladie foudroyante !

Quand les médecins lui ont annoncé le verdict, l’ex-animateur vedette de 79 ans s’est effondré…

En 1979, il lançait sa première émission, le Collaroshow, suivi trois ans plus tard de Cocoboy, puis de Cocoricocoboy, ainsi que d’autres petites folies humoristiques légères, parfois coquines ou satiriques… Stéphane Collaro s’est aussi inspiré du célèbre Muppet Show américain pour créer le Bébête show, un programme culte qui a été diffusé jusqu’en 1995 sur TF1, avant le journal de 20 heures, dans lequel des marionnettes caricaturant des politiciens connus commentaient l’actualité. Un succès phénoménal qui n’est pourtant pas monté à la tête de cet homme de médias qui, dès le milieu des années 1990, a décidé de se retirer de l’univers cathodique et de prendre le large… au sens propre comme au figuré ! Parti s’installer sur l’île paradisiaque de Saint-Martin, aux Antilles, l’ancien chef des Cocogirls s’y est reconverti dans l’immobilier de luxe. Un destin que l’on pourrait croire doré, sans anicroches ni épreuves… Pourtant, l’ancien Tonton Mayonnaise de la télé et la radio affronte aujourd’hui la nouvelle d’une maladie foudroyante !

En 2011, lorsque nous l’avions rencontré chez lui, dans sa somptueuse propriété des Caraïbes, l’amoureux de Stéphanie, une hôtesse de l’air de vingt-neuf ans sa cadette, nous avait confié avoir, deux ans plus tôt, échappé au pire : « J’ai été sauvé d’ennuis graves par un copain qui m’a conseillé d’aller faire une coloscopie, nous expliquait-il. En décembre 2009, j’ai eu une petite alerte. C’était assez inquiétant, car il y avait un début de tumeur maligne. J’ai passé quelques mois difficiles. Aujourd’hui, je recommande aux personnes d’un certain âge d’aller consulter. »

Lésions plus graves

Ces prémices de cancer colorectal auraient-elles réapparu ? Il n’est en effet pas rare qu’après quelques années des polypes repoussent et se transforment en lésions plus graves, notamment en l’absence d’un contrôle régulier… Mais rassurez-vous, rien de tel n’est venu perturber la vie de rêve de Stéphane Collaro, 79 ans depuis le 20 mai dernier, sous le soleil de Saint-Martin ! Pourtant, si son état de santé n’a rien de préoccupant, son cœur doit sûrement saigner aujourd’hui suite à l’annonce de la disparition d’un individu qui a énormément compté pour lui au cours de son parcours sur le petit écran.

En effet, ce 20 novembre, Pascal Josèphe, un homme de l’ombre qui a – sans jamais faire de vagues – dirigé plusieurs chaînes de télévision publiques comme privées et a beaucoup soutenu de nombreux professionnels de la « petite lucarne », s’est éteint brutalement à l’âge de 68 ans.

En sanglots

L’annonce de son décès a été faite au JT de 13 heures de France 2 par la journaliste Leïla Kaddour qui, en larmes, a ainsi conclu son émission après un duplex avec le Stadium de Toulouse à l’occasion de la rencontre de rugby France-Japon : « Avant de refermer ce journal, il y a des nouvelles qu’on aimerait ne jamais avoir à annoncer, on a appris la disparition de Pascal Josèphe », a déclaré avec difficulté la complice de Nagui dans La Bande originale, sur France Inter, avant d’être totalement submergée par sa peine : « Un grand monsieur de télévision, ancien directeur des programmes de France 2 et de France 3, un grand professionnel qui a contribué à lancer beaucoup d’émissions comme Taratata ou Frou-Frou… » Et la jeune femme de finir, en sanglots : « Nous pensons à sa famille, à ses enfants et à ses proches, c’est la fin de cette édition, passez une bonne journée. » Dans les années 1980, cet exceptionnel dirigeant avait également œuvré pour TF1 sous les ordres d’Hervé Bourges (avec lequel il était très ami, au point de le rejoindre quand ce dernier a été nommé président de France Télévisions), lorsqu’il formait un véritable tandem avec Marie-France Brière, responsable des variétés. Ensemble, ils avaient contribué au redressement de la chaîne alors en difficulté grâce, notamment, à des programmes tels ceux de Stéphane Collaro. Aujourd’hui, pour celui qui avait tant aimé divertir les téléspectateurs, c’est donc une perte immense et brutale…

Clara MARGAUX

Source: Lire L’Article Complet