The Crown : Diana a-t-elle vraiment été manipulée par le journaliste Martin Bashir ?

La cinquième saison de The Crown met en scène la célèbre interview donnée par Lady Diana à la BBC en 1995. Alors que la série Netflix laisse entendre que le journaliste Martin Bashir a manipulé la princesse de Galles, qu’en est-il de la réalité ?

La cinquième saison de The Crown était très attendue par les abonnés Netflix. Mise en ligne le 9 novembre dernier, la nouvelle salve d’épisodes consacrée à la famille royale britannique met en scène les déboires du couple formé par le prince Charles et la princesse Diana. Un événement précis était tout particulièrement attendu par les téléspectateurs. Il s’agit de la célèbre interview de Lady Diana à la BBC en novembre 1995. Dans cet entretien mené par Martin Bashir, la jeune femme revient alors sur les multiples infidélités de son époux, sur ses crises de boulimie ainsi que sur le manque de soutien de la famille royale.

Alors que le septième épisode de la saison 5 du show Netflix montre que le journaliste aurait obtenu les aveux de la princesse de Galles sous la contrainte, la réalité semble bel et bien correspondre à la fiction. En effet, selon les résultats d’une enquête révélée en mai 2021, Martin Bashir aurait bel et bien manipulé Diana Spencer. Il aurait ainsi falsifié des relevés bancaires dans le but de prouver à la mère des princes William et Harry que sa propre équipe surveillait ses moindres faits et gestes. Des fausses révélations qui avaient poussé Lady Di à accorder sa confiance au journaliste.

PHOTOS – Lady Diana : retour sur ses looks les plus controversés

Martin Bashir, écarté de la BBC vingt-cing ans après son interview choc

D’abord innocenté après une enquête interne menée par la BBC en 1996, Martin Bashir avait finalement été reconnu coupable de manipulation par le juge britannique Lord Dyson en mai 2021. Ce dernier pointait du doigt un dysfonctionnement systémique au sein de la chaîne anglaise. Un compte rendu qui a poussé la BBC à présenter des excuses publiques au nom de l’intervieweur, qui a démissionné dans la foulée, et à verser près de 100 000 livres à l’ancien chef de cabinet de Lady Diana. Martin Bashir avait également tenu à adresser publiquement quelques mots, assurant que la princesse n’avait « pas été blessée », et que tous ses propos étaient retranscrits « comme elle le souhaitait ».

Article écrit en collaboration avec 6Médias.

Crédits photos : GOFF INF / BESTIMAGE

A propos de

  • Abonnez-vous à votre star préférée et recevez ses actus en avant première !

  • Diana Princesse de Galles

À découvrir en images

PHOTOS – Lady Diana : retour sur ses looks les plus controversés

Cachez ses épaules que nous ne saurions voir ! Pour assister à la première du Fantôme de l’opéra, Lady Diana a jeté son dévolu sur une robe bustier signée Murray Arbeid. Bien que portée avec des gants montants, cette tenue était peu protocolaire. Cette robe dévoilait épaules dénudées. Un détail mode strictement interdit par le protocole vestimentaire royal.

Impossible de ne pas évoquer cette robe courte en soie noire bustier moulante aux épaules dénudées imaginée par la créatrice grecque Christina Stambolian. À la Serpentine Gallery, Lady Diana avait fait tourner toutes les têtes dans cette robe non protocolaire. Surnommée la « robe de la vengeance », sa tenue avait choqué les esprits, et pour cause. La veille, l’Angleterre et le monde tout entier avaient appris les infidélités du prince Charles à travers un documentaire choc, lui qui était alors séparé de son ancienne épouse.

Lady Diana n’a eu de cesse de bousculer les lignes du protocole vestimentaire royal. En 1996, elle est ainsi la première princesse à accepter l’invitation du Metropolitan Museum de New York. Pour cet événement, la princesse de Galles était époustouflante dans une robe signée Christian Dior par John Galliano, évidemment. Une « slip dress » aux airs de déshabillé qui a fait grand bruit à Buckingham.

Le cycliste ? Sa pièce préférée pour ses séances de sport. Une pièce so nineties qui enfreint le protocole vestimentaire royale. Court et moulant, il ne respecte en rien les règles de bienséance. Peu importe, Lady Diana s’est amusée à le porter avec un sweat oversize et les baskets montantes blanches pour faire son jogging.

Autour de

Source: Lire L’Article Complet