"Un milieu d'égoïstes" : Matt Pokora pousse un violent coup de gueule !

Matt Pokora se sent bien seul face à la crise que connaît le monde de la culture. Dans les colonnes de Télé 7 Jours, il dénonce l’égoïsme de ses confrères chanteurs, qui restent bien silencieux…

En mars dernier déjà, tandis que les autorités annulaient à la pelle les premiers concerts avant un confinement général, il était parmi les seuls chanteurs français à protester, et à se poser des questions sur l’avenir… Critiqué de toute part sur les réseaux sociaux, Matt Pokora n’a pas fini de défendre ses équipes, qui sont très impactées par la crise du coronavirus.

Il continue de critiquer la gestion de la crise

Le chanteur de “Elle me contrôle” a accordé une interview à Télé 7 jours, ce lundi 14 septembre. Et celui qui attend la reprise ne le fait pas patiemment. A nos confrères, le compagnon de Christina Milian assure : “Je suis malheureusement contraint d’annuler le reste de ma tournée. Les festivals d’été reportés en 2021 sont, eux, maintenus. J’ai si hâte de retrouver le public”.

Il en profite aussi pour pester contre l’inaction du reste de la profession. A propos de ses collègues chanteurs qui sont restés muets, Matt Pokora estime en effet qu’on l’a laissé plus d’une fois aller au front tout seul. Il ironise : “Je savais que j’évoluais dans un milieu d’égoïstes, mais là…”

Le prochain parrain du Téléthon explique : “Je regrette que beaucoup d’artistes n’aient pas ouvert leur gueule, sûrement par peur que ça abîme leur image. Ils ont dû se dire qu’on allait leur rétorquer qu’ils gagnaient beaucoup d’argent, etc…”

Celui qui a pu passé du temps à Los Angeles avec son fils Isaiah qui vient de naître, ne perd pas de vue sa priorité professionnelle. Au chômage technique, il juge qu’il faut se retrousser les manches collectivement pour que les choses changent.

Il le fait pour ses équipes

Et pour cause, Matt Pokora justifie : “Sauf que là, il est question de se battre pour notre secteur, pas uniquement pour nos tournées. Pour les techniciens, les régisseurs, les personnels d’entretien dans les salles, la sécurité, les hôtesses… tout le monde. Je suis fier de mes équipes, et quand on se retrouvera, on sera les plus heureux. Je les ai tous au téléphone ou par messages. Ce ne sont pas de jolis mots, je suis proche d’eux. Il faut les défendre. On ne peut pas les laisser tomber”.

Source: Lire L’Article Complet