« Une décrue mais pas la marée basse » : le Pr Gilles Pialoux reste prudent

Invité chez Jean-Jacques Bourdin sur BFM, ce vendredi 11 juin, le Pr Gilles Pialoux a tenu à rappeler les Français à la prudence. Le chercheur évoque la décrue du covid mais pas encore sa disparition.

Durant son entretien avec Jean-Jacques Bourdin, ce vendredi 11 juin, le professeur Gilles Pialoux n’a pas manqué de railler son confrère, l’épidémiologiste Martin Blachier. Mais le chef du service des maladies infectieuses de l’hôpital Tenon de Paris n’a pas fait qu’ironiser sur celui qui, selon lui, “murmure à l’oreille du président de la République”, mais a tenu à rappeler les Français à une certaine prudence. “Il est toujours là oui, c’est une décrue mais ça n’est pas la marée basse”, a affirmé le chercheur et clinicien français.

“Le Covid est toujours là”, a-t-il redit face à Jean-Jacques Bourdin. S’il ne peut qu’être enjoué de cette “décrue assez spectaculaire qui concerne tous les pays européens quelque soit finalement les moyens pour y arriver”, le Pr Gilles Pialoux n’en reste pas moins sceptique sur la suite des évènements. Il s’est ainsi appuyé sur les chiffres de Tenon, où certes la décrue est visible mais a rappelé que la situation était bien différente de celle de l’été dernier. Pour lui l’heure n’est pas à l’insouciance qui a marqué l’été 2020.

Covid-19: "C'est une décrue mais ça n'est pas la marée basse", indique le Pr Gilles Pialoux pic.twitter.com/hCve2qVwEv

“On n’est pas un été qui ressemble à l’été 2020”

“On n’est pas du tout encore dans la situation où on était par exemple en juillet dernier où on avait quasiment zéro patient qui rentrait, a-t-il rapporté sur BFMTV. On n’est pas un été qui ressemble à l’été 2020, c’est à dire un été d’insouciance, de liberté totale.” Et comme il l’avait déjà déploré auparavant, selon le chercheur l’attitude des Français ne laisse rien présager de bon, évoquant leur tendance à “anticiper” et “dépasser” les mesures. Pour illustrer cette période d’incertitude, il a ainsi déclaré : “On est toujours en liberté conditionnelle puisqu’il y a une circulation du virus qui existe toujours.” Selon le professeur, médiatisé durant cette crise sanitaire, il est encore impossible de “prédire ce qu’il va se passer à la fin de l’année 2021”. La prudence est de mise.

Crédits photos : Capture d’écran / BFMTV

Autour de

Source: Lire L’Article Complet