« Une forme d’angoisse » : ce qui avait empêché Anne Hidalgo de se lancer dans la course à l’Élysée

C’était un moment attendu et c’est désormais chose faite : Anne Hidalgo a officialisé sa candidature à l’élection présidentielle de 2022. Mais avant de se lancer dans cette course à l’Élysée, la maire de Paris a été longtemps empêchée par “une forme d’angoisse”.

Ce dimanche 12 septembre a signé le départ d’Anne Hidalgo dans la course à l’Élysée. C’est depuis Rouen (Seine-Maritime), qu’elle a officialisé sa candidature à la présidentielle de 2022. Un moment plus qu’attendu qui intervient à la suite d’un enchaînement de plusieurs déplacements en province ces derniers mois. Cela ne laissait plus aucun doute sur les intentions présidentielles de la maire socialiste de Paris. Mais avant de se lancer dans ce défi de taille, la politique de 62 ans a été longtemps empêchée par “une forme d’angoisse”, fait savoir Libération.

“Pendant un moment, elle avait une forme d’angoisse. Maintenant, c’est de l’enthousiasme, rapporte un proche. Son ambition présidentielle a été une surprise pour moi, mais l’appétit vient en mangeant.” Son annonce a quant à elle été précipitée par la concurrence, de Jean-Luc Mélenchon pour les insoumis au cavalier seul Arnaud Montebourg, qui prône la “remontada de la France”. Elle a été naturellement entraînée par ce qui ressemble à “une première séquence de la campagne qui se joue à l’intérieur de la gauche”. Car les mois qui ont précédé, Anne Hidalgo a mis du temps avant de prendre la décision de se lancer, et ne rêve pas de diriger le pays “depuis ses 10 ans”, écrivent nos confrères.

“Une bonne solution” pour la gauche

Cette fin de week-end, elle a mis fin à plusieurs mois de suspense chez les socialistes — qui doivent valider sa candidature lors d’un vote. “Nous avons entrepris un grand rassemblement. Aujourd’hui, je suis prête, a-t-elle annoncé lors de cette “déclaration de Rouen”. Elle s’est réjouie d’une “force chaleureuse” qui l’entoure, rappelant également qu’elle n’oubliait pas la “gravité de cet instant”. “Le fait qu’elle ait senti qu’on était nombreux à penser que c’était une bonne solution a pesé”, indique Olivier Bianchi. Anne Hidalgo a décidé “être candidate à la présidence de la République française” pour “faire de nos espoirs la réalité de nos vies”. Après avoir taclé le bilan d’Emmanuel Macron, l’élue socialiste a indiqué le début d’un programme présidentiel.

Crédits photos : Stephane Lemouton / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet