VIDÉO – Anne-Elisabeth Lemoine reprend Yannick Jadot dans C à Vous : “Non mais vous ne répondez pas”

Yannick Jadot était l’invité d’Anne-Élisabeth Lemoine, ce lundi 7 novembre. Sur le plateau de C à vous, l’eurodéputé écologiste a défendu la désobéissance civile mais s’est fait reprendre par l’animatrice qui l’a prié de répondre à la question qui lui était posée par Patrick Cohen.

Incompréhension sur C à vous. Face à un Patrick Cohen perplexe, Yannick Jadot est venu défendre la désobéissance civile, ce lundi 7 novembre. Le 29 octobre dernier dans les Deux-Sèvres, l’eurodéputé s’était rendu à une manifestation contre les bassines agricoles. Certaines de ces installations, très contestées en raison de la rétention d’eau qu’elles occasionnent pour pouvoir assurer l’avenir des agriculteurs, avaient été endommagées par les activistes présents. Une action bien loin du “symbole” prôné par l’élu selon le journaliste. “Quand une bassine est sabotée et qu’un agriculteur est ruiné, c’est pas du symbole pour le type qui est visé”, a pointé l’éditorialiste de l’émission. Tentant d’expliquer sa position, Yannick Jadot s’est fait reprendre par Anne-Élisabeth Lemoine : “Non mais vous ne répondez pas.”

Le responsable écologiste a tout de même poursuivi sa démonstration en orientant la discussion sur les actions militantes visant de célèbres tableaux, que l’on a vu exploser ces dernières semaines. “Moi quand je l’ai vu, je me suis dit : ‘Quel sens ça a ça ?’ Spontanément, je n’ai pas compris et ça m’a choqué. Quand vous êtes écologiste, au fond il n’y a pas de séparation entre la culture et la nature”, a-t-il d’abord admis, avant de nuancer. “C’est pas des black bloc, c’est pas violent, c’est toujours à visages découverts”, a avancé le député, en notant que l’urgence climatique était aujourd’hui la cause d’une écoanxiété pour une bonne partie de la jeunesse.

“Leur monde c’est les chocs climatiques, les pandémies, les inégalités”

“Ce que je retiens, c’est que ce n’est peut-être pas une action que j’aurais faite, mais c’est que vous avez aujourd’hui une jeunesse qui a pris le Covid. J’avais 20 ans, c’était la chute du mur de Berlin ; ils ont 20 ans, c’est la guerre en Ukraine”, a poursuivi Yannick Jadot, faisant le parallèle entre ses jeunes années et celles d’aujourd’hui. “Quand j’avais 20 ans, c’était le début des années 90, avec toutes les grandes conférences, sur l’environnement, le social. Il y avait un espoir énorme d’un monde qui allait mieux”, s’est-il souvenu avant de constater : “Le leur, c’est le fracas des chocs climatiques, les pandémies, les inégalités.”

Ce discours a permis à l’élu EELV d’expliquer le message derrière les attaques de musées qui interpellent le monde entier. “Ils disent : ‘Ok l’Art est sacré, mais vous vous rendez compte que vous défendez quelque chose de sacré quand notre vie est désacralisée ?’” a-t-il décrypté, rappelant au passage que ce qui devrait avant tout choquer les Français aujourd’hui, c’est le fait que l’État français a été condamné pour inaction climatique par deux fois. “Au fond, ça relève d’un désespoir de notre jeunesse”, avait-il simplement résumé le matin même sur France Info.

Crédits photos : Capture d’écran / France 5 / C à Vous

A propos de

  • Abonnez-vous à vos stars préférées et recevez leurs actus en avant première !

  • Anne-Elisabeth Lemoine

  • Yannick Jadot

Autour de

Source: Lire L’Article Complet