VIDEO « Comment j’ai pu faire ça ? » : l’animatrice Frédérique Bedos révèle avoir tenté de se suicider

Invitée sur le plateau de Ça commence aujourd’hui, l’animatrice Frédérique Bedos a évoqué son enfance auprès d’une mère souffrant de “déficience mentale”. Mais elle a fondu en larmes lorsqu’elle a évoqué sa tentative de suicide, survenue alors qu’elle était déjà maman.

Frédérique Bedos

Faustine Bollaert

Depuis qu’elle a hérité de l’animation de Ça commence aujourd’hui, Faustine Bollaert consulte régulièrement un psychologue. Il faut dire que la maman de Peter et Abbie y évoque des sujets particulièrement difficiles. Comme ce jeudi 13 mai, où l’animatrice Frédérique Bedos est revenue sur son enfance auprès d’une mère souffrant de “déficience mentale”. Une pathologie qui se traduisait par un comportement proche de la bipolarité. “Vous ne savez jamais, à chaque instant, à quelle sauce vous allez être mangé. D’un coup c’est : ‘mon trésor, mon amour, ma chérie, je veux te gâter’. Et puis d’un coup c’est la violence, elle ne va pas bien, elle est en crise et je deviens le déversoir“, a -t-elle expliqué face aux caméras. Si elle n’en n’a jamais voulu à sa mère pour les méchancetés qu’elle a pu lui dire, l’animatrice de 49 ans ne cache pas avoir très mal vécu la situation. Au point, un jour, de vouloir en finir.

Frédérique Bedos ne comprend pas son geste

Bouleversée par le témoignage de Frédérique Bedos, Faustine Bollaert lui a demandé si, elle aussi, n’avait pas un jour eu “un genoux à terre”. C’est alors que l’animatrice, rattrapée par les douleurs de son passé, a commencé à essuyer quelques larmes. “Les deux genoux et les mains aussi ! J’ai rampé. J’ai fait plusieurs dépressions, dont une qui m’a emmenée jusqu’au geste fatal. J’ai fait une tentative de suicide (…) Toutes les atteintes à l’amour, toutes les blessures que l’on a vécues… à un moment elles nous rattrapent et on n’a pas d’autre choix que d’y faire face.” L’auteure de La petite fille à la balançoire ne se sentait pourtant pas capable de faire un tel geste, elle qui était déjà maman d’une petite fille. Mais elle se souvient avoir été comme “aspirée par le noir”.

“C’est comme s’il y avait un aveuglement qui fait, qu’à ce moment-là, vous ne voyez plus rien d’autre que la mort. J’en pleure encore parce que je me dis : ‘Comment j’ai pu faire ça ? Mais après, je ne me juge pas. Je sais que je fais comme je peux…”, a-t-elle conclu. Un témoignage fort, qui n’a laissé personne indifférent sur le plateau.

Source: Lire L’Article Complet