VIDEO Emmanuel Macron giflé : Makao, son ex-garde du corps dénonce « un petit souci » de sécurité

Makao, un ancien garde du corps d’Emmanuel Macron, a réagi à la gifle reçue par le Président lors d’un déplacement dans la Drôme. Il a ainsi relevé une petite faille dans le dispositif de sécurité du chef de l’Etat.

Emmanuel Macron

C’est toujours la stupéfaction. Ce mardi 8 juin, alors qu’il poursuivait son “tour de France, Emmanuel Macron s’était arrêté à Tain-l’Hermitage, dans la Drôme, pour une visite officielle. Mais lors d’un petit bain de foule, le président de la République a reçu une gifle de la part d’un individu. Un geste inacceptable qui a choqué le grand public et toute la classe politique. Alors que l’agresseur a immédiatement été arrêté et placé en garde à vue, le chef de l’Etat, lui, a tout fait pour minimiser cet événement des plus humiliants. Il n’en reste pas moins que la question de la sécurité du mari de Brigitte Macron pose question.

“Le chef a toujours eu l’adrénaline du public”

Ce mardi 8 juin dans Touche pas à mon poste, Cyril Hanouna avait invité Makao, un ancien garde du corps d’Emmanuel Macron. Une fonction qu’il a exercée en 2017 lors de la campagne présidentielle. Celui-ci est bien connu des téléspectateurs puisqu’il avait participé à la 11ème saison de Secret Story sur TF1. Et l’ex-candidat de la téléréalité de TF1 a livré une analyse au sujet du dispositif de sécurité du président. Interrogé sur une possible faille, Makao a confirmé qu’il y avait un petit souci. “Je ne suis pas contre tous mes anciens collègues. Là où il y a l’épaule droite du chef, quand il voit, il intervient. Il (l’agresseur, ndlr) touche ! S’il avait un couteau, il aurait pu entailler le chef. Dans la fosse, il doit y avoir normalement un mec de la sécu. Au cas où“, a-t-il expliqué.

Makao a cependant assuré que cet incident n’allait pas empêcher Emmanuel Macron de s’offrir de nouveaux bains de foule et d’aller au contact des Français. Le chef a toujours eu l’adrénaline du public, a-t-il assuré. Le président de la République n’a donc pas l’intention de se laisser impressionner.

Source: Lire L’Article Complet