VIDEO – Le triste constat de Jean-Paul Belmondo à la fin de sa vie : « Je vois mes potes partir un par un »

Entouré d’une fidèle bande d’amis tout au long de sa vie, Jean-Paul Belmondo, mort à 88 ans lundi, avait eu la douleur de perdre de nombreux copains ces dernières années. Des moments difficiles racontés par l’un de ses amis sur CNews.

C’est le départ qui a sûrement le plus affecté Bébel. Il y a quasiment deux ans jours pour jours, disparaissait Charles Gérard à 96 ans, éternel second rôle et ami inséparable de Jean-Paul Belmondo. Une nouvelle déchirure pour le géant du cinéma : “Ils étaient comme deux frères“, a rappelé Jeff Domenech, réalisateur et intime de Jean-Paul Belmondo, dans L’Heure des pros ce jeudi.

Tout avait commencé en 1948, non pas lors d’un tournage mais lors d’un… combat de boxe, où le jeune Bébel avait déjà fait parler ses muscles. “Il lui avait cassé le nez, ça crée des liens !, sourit Jeff Domenech. Charlot est ensuite devenu proche de Jean-Paul. Ils n’avaient pas besoin de se parler, j’ai été témoin de scènes magistrales, eux se comprenaient d’un regard… Jean-Paul le chambrait sur son mauvais timing en boxe.

Jean-Paul Belmondo voyait ses amis partir un par un

Déjà diminué par son AVC au début des années 2000, Jean-Paul Belmondo vivra douloureusement la perte de ses grands complices du cinéma. “C’étaient les chaises musicales, regrette Jeff Domenech. Jean-Paul voyait tous ses amis partir… Brasseur, Rochefort, Marielle… Guy Bedos, Rémy Julienne, Robert Hossein récemment… Il me disait : “C’est moi qui aurais dû partir il y a 20 ans et je vois tous mes potes partir un par un“, a-t-il conclu, encore très ému par le décès de Bébel.

Crédits photos : Capture CNews

Autour de

Source: Lire L’Article Complet