VIDÉO – « Pas une priorité » : le Pr Gilles Pialoux cash sur la 3e dose

Ce vendredi 5 novembre, le Pr Gilles Pialoux était l’invité de Télématin. Face à Maya Lauqué, le chef de service des maladies infectieuses à l’hôpital Tenon a estimé que la 3ème dose, qu’il préfère qualifier de « rappel », n’était « pas une priorité » pour les gens qui n’ont pas de facteurs de risque.

Comme à son habitude, le Pr Gilles Pialoux a été cash. Invité sur le plateau de Télématin ce vendredi 5 novembre, le chef de service des maladies infectieuses à l’hôpital Tenon a été interrogé au sujet de la vaccination contre le Covid-19 et notamment la troisième dose : « Cette troisième dose, il ne faut pas l’appeler une troisième dose mais un rappel, c’est plus acceptable« , a-t-il expliqué en préambule, et d’ajouter : « La pédagogie, c’est de dire que c’est un rappel, que ça multiplie par dix les taux d’anticorps donc ce n’est pas rien et puis que c’est vraiment important pour des personnes qui ont des facteurs de risque ou qui ont plus de 60-65 ans« , a déclaré celui qui s’exprime régulièrement dans les médias.

Si le Pr Gilles Pialoux n’a pas contesté l’importance de cette troisième dose pour les patients à risque ou âgés, il a toutefois estimé que ce rappel n’était « pas une priorité pour les gens qui n’ont pas de facteurs de risque » : « Je pense que c’est un peu trop tôt. Pourquoi ? Parce que là, on fait une fixation sur le fait que les anticorps baissent avec le temps, ce qui est vrai, toutes les études le confirment« , a-t-il fait savoir. Et d’ajouter : « Mais ça ne baisse pas ce pourquoi ces vaccins ont été construits, c’est-à-dire protéger de l’hospitalisation, protéger des formes graves, protéger de la mortalité. Là, on a un maintien de cette efficacité et ça c’est une nouvelle très importante. Donc tant qu’on aura ce maintien là, je dirais que la troisième dose ne sera pas une priorité pour les gens qui n’ont pas de facteurs de risque. »

Quid de la vaccination des enfants ?

Lors de cet entretien, le chercheur et clinicien français a également donné son avis sur la vaccination des enfants, qui continue de faire débat en France. « Pour l’instant, on manque un petit peu de recul« , a estimé celui qui est lui-même père de famille. Et de rappeler : « On ne sait pas comment circule le virus chez les enfants, faute de dépistage. Donc qu’est-ce qu’on fait ? On prend les chiffres des adultes et on met des masques aux enfants ou on les enlève« , a-t-il déploré. Un avis partagé par son confrère le Pr Éric Caumes : « On manque encore un peu de recul sur les effets indésirables chez les enfants. Et de toute manière, les enfants ne font pas de forme grave en règle générale. La priorité, ce sont les personnes qui vont rentrer en réanimation« , a-t-il récemment indiqué à l’antenne de BFMTV.

Crédits photos : Capture d’écran France 2

Autour de

Source: Lire L’Article Complet