Virginie Efira humiliée pendant son enfance : "C'est combien, Virginie ?"

Dans le numéro d’août du magazine Vanity Fair, dont Télé-Loisirs a publié des extraits mardi 27 juillet 2021, Virginie Efira fait des confidences sur son enfance. L’actrice a notamment dû faire face à de nombreuses remarques sexistes durant cette période.

  • Virginie Efira

Virginie Efira brille dans tout ce qu’elle entreprend. Après une belle carrière d’animatrice à la télévision, entre 1998 et 2008, la Belge de 44 ans a tenté sa chance au cinéma. Malgré des débuts difficiles, notamment à cause de la réticence de certains de ses confrères à travailler avec elle, la comédienne a su se faire une place de choix dans ce milieu très fermé. Virginie Efira multiplie désormais les longs-métrages à succès : Un amour impossible, Le grand bain, ou encore Benedetta, le film de Paul Verhoeven salué lors du Festival de Cannes 2021. Une belle revanche pour l’actrice, qui a toujours rêvé de jouer la comédie. Durant son enfance, ses professeurs, qui étaient au courant de ses ambitions, n’ont eu de cesse de se moquer d’elle. Dans le numéro d’août 2021 du magazine Vanity Fair, dont Télé-Loisirs a publié des extraits mardi 27 juillet 2021, Virginie Efira est revenue sur ces remarques blessantes.

“C’est combien, Virginie ?”

“On me faisait des blagues très humiliantes. Je me souviens d’un prof de maths qui plaisantait en me disant : ‘C’est combien, Virginie ?”, a-t-elle raconté. Prise de court, Virginie Efira n’osait pas répliquer : “Et donc je rigolais aussi pour donner le change. C’était presque normal. C’est ensuite que j’ai revisité ces endroits d’humiliation. Ces souvenirs sont devenus des moments de trouble bien plus tard. Le passé s’est éclairé d’autres choses. C’est le propre de la mémoire d’être en mouvement. J’ai appris à changer la perception de ce qui a été vécu comme une honte, une douleur, à en atténuer le sentiment de gravité”.

Les choses ne se sont pas arrangées à l’adolescence. Au collège et au lycée, ce sont ses camarades qui ont commencé à lui faire des remarques. Cette fois-ci “à cause de son maquillage”, comme le précise Vanity Fair. Virginie Efira a en effet été affublée d’un surnom peu flatteur faisant référence à son fond de teint : “Force orange”. “J’étais vulgaire, je m’habillais de façon très outrancière. Même à Cannes, les premières fois, j’avais les seins dehors. J’étais hypermaquillée, je ne captais pas les codes”. Des souvenirs qui sont désormais derrière elle : “Ça va mieux maintenant”.

Source: Lire L’Article Complet