Xavier Dupont de Ligonnès : pourquoi a-t-il tué sa famille ? Les explications de son ami d’enfance

Dans une interview accordée au magazine ELLE vendredi 16 octobre 2020 à l’occasion de la sortie de son livre L’ami impossible, consacré à Xavier Dupont de Ligonnès, Bruno de Stabenrath tente d’expliquer la tuerie familiale de l’homme le plus recherché de France.

  • Xavier Dupont de Ligonnès

C’est l’un des plus grands mystères français. A tel point que Netflix a dédié au cas Dupont de Ligonnès un épisode de sa série documentaire Unsolved Mysteries (“Les mystères non résolus”) et que le magazine Society, qui dédie cet été une enquête passionnante de 70 pages à ce sujet, a cartonné en kiosque tout l’été. A l’automne 2019, l’arrestation d’un homme pris pour Xavier Dupont de Ligonnès, suspecté d’avoir tué toute sa tribu, avait provoqué l’émoi. Et depuis la découverte, en 2011, de cinq corps dans la maison de cette famille ordinaire, l’affaire fascine les habitants de l’Hexagone.

Xavier Dupont de Ligonnès est-il vraiment l’auteur de ce quintuple meurtre ? A-t-il été aidé par un complice ? A-t-il pris la fuite ? Toutes ces questions restent pour l’heure sans réponse, mais l’ami d’enfance de Xavier Dupont de Ligonnès, Bruno de Stabenrath, tente d’y répondre dans un livre publié aux éditions Gallimard jeudi 15 octobre 2020 et intitulé L’ami impossible. A l’occasion de la sortie de son ouvrage en librairie, l’acteur et auteur français a accordé une interview au magazine ELLE vendredi 16 octobre et donne son avis sur l’affaire.

“Il a supprimé les siens parce que, dans sa tête, il était persuadé que c’était la meilleure solution pour eux”

Lorsque l’on demande à Bruno de Stabenrath ce qui aurait pu pousser, selon lui, son ami Xavier Dupont de Ligonnès à passer à l’acte, il répond d’abord : “Xavier n’était pas un mec violent, il n’a jamais été physique, il n’a même pas fait son service militaire, il a été réformé.” Puis poursuit : “C’est un mec qui était à bout. Il avait tout foiré dans sa vie, sauf sa famille. Il n’avait jamais réussi à monter une société viable, il avait dilapidé tout l’argent de sa femme, il avait volé son meilleur ami, ainsi que son père, qui n’était dupe de rien. Lui-même était mort sans le sou trois mois auparavant. Et sa dernière maîtresse, qui lui avait prêté 50 000 euros, lui avait envoyé les huissiers. Il était acculé.”

Pour Bruno de Stabenrath, le geste du père de famille peut être comparé à un “reset.” Il s’explique : “Il [Xavier Dupont de Ligonnès] a remis les compteurs à zéro. Il a supprimé les siens parce que, dans sa tête, il était persuadé que c’était la meilleure solution pour eux. Et en même temps, il efface tous ses problèmes, il se libère en quelque sorte ! Il y a quelque chose dans son geste de l’ordre de la purification. D’ailleurs, quand on regarde les vidéos de surveillance qui ont enregistré ses dernières traces, on voit un homme nouveau qui reprend la route en laissant son passé derrière. Qui prend une chambre d’hôtel, qui drague même la directrice, qui mange d’un bon coup de fourchette, et qui s’offre de grands vins.”

Quoi qu’il en soit, s’il y a une chose dont il est sûr, c’est que Xavier Dupont de Ligonnès ne s’est pas suicidé. “Ce n’est pas dans son mental, ni dans son éducation”, affirme-t-il, se disant “intimement persuadé” qu’il est vivant. Et de conclure : “Je pense qu’il est en Thaïlande ou en Amérique du Sud. Et je me demande si des membres de Philadelphia ne l’ont pas aidé dans sa fuite. Sa sœur cadette, quelques jours avant le meurtre, téléphone à son aîné pour lui dire qu’il va se passer quelque chose et lui intimer de ne pas parler à la police.”

A lire aussi : Xavier Dupont de Ligonnès : sa mère et sa sœur visées par la justice

Nos meilleurs conseils chaque semaine par mail pendant 2 mois.
En savoir plus

Source: Lire L’Article Complet