À New York, un homme redouble d’inventivité pour séduire sa voisine pendant le confinement

Vous pensiez qu’en temps de confinement, la rencontre amoureuse était une mission impossible ? Un Américain fort créatif nous prouve le contraire. Car oui, le désir survivra à la pandémie. 

Il est ingénieux, il a 28 ans, il possède un drone et il s’appelle Jérémy Cohen. Ce photographe new-yorkais a réussi à ce qu’une voisine – et les médias du monde entier – posent les yeux sur lui.

Comme chez tout bon confiné, la fenêtre de Jérémy Cohen est devenue un haut lieu de divertissement, de rencontre et même de travail. Comme le rapporte France Inter, fin mars – soit au début du confinement dans l’état de New York, un magazine commande à l’artiste une série de photos pour illustrer un dossier confinement.

C’est comme ça que, depuis son immeuble, le jeune homme découvre – petits coeurs dans les yeux – Tori Cignarella, sa voisine. Charmé par les chorégraphies qu’elle donne sur le toit d’en face, il décide de tenter un rapprochement dans les règles du confinement. 

Réinventer la rencontre amoureuse à l’ère du confinement 

Mais par temps de pandémie, comment entrer en contact avec son prochain, de surcroît quand on ne le connaît pas et qu’on ne peut sortir qu’en cas de nécessité – la drague ne figurant pas dans les motifs de déplacements ?

Un geste de la main, un drone, et Tik Tok sont les réponses de Jérémy Cohen pour braver la rudesse de l’épreuve. Après avoir salué sa voisine avec de grands gestes depuis son balcon, l’Américain utilise son drone comme pigeon voyageur, explique le Huffington Post.

Papier et stylo en main, le photographe inscrit son numéro de téléphone et scotche la feuille volante sur l’appareil télécommandé. Ce drone s’envole alors jusqu’au toit d’en face, où la voisine se trouve. Etonnée, mais visiblement intéressée par l’astucieux voisin, Tori Cignarella accepte d’échanger avec lui. Et même de dîner à distance !

Après ce premier date d’un autre genre, le photographe décide de passer à la vitesse supérieure – gestes barrières en tête – en organisant une rencontre avec celle dont les pas de danse ont su conquérir son coeur.
C’est dans une bulle en plastique géante (comme celles que l’on utilise pour le “water ball”) que Jérémy Cohen est parti à la rencontre de sa voisine, avec un bouquet de fleurs. Le tout, filmé par une tierce personne.

Jérémy Cohen a raconté son insolite histoire sur les réseaux sociaux et notamment sur le très en vogue Tik Tok. Une love story digne d’une comédie romantique – même si nous ignorons comment ce balbutiement de relation finira – qui nous fait grand bien à l’heure où l’épidémie de coronavirus ne fait que rarement couler de l’encre pour des faits heureux. 

  • Coronavirus et confinement : le couple à l’épreuve du huis clos
  • L’amour au temps du coronavirus : faut-il restreindre nos rapports intimes ?

Source: Lire L’Article Complet