Alessandro Michele et Gus Van Sant parlent de leur collaboration sur la mini-série Gucci | Vogue Paris

Le directeur artistique et le réalisateur se sont associés le temps d’une mini-série en sept épisodes dévoilant la nouvelle collection Gucci. Entretien.

Si l’univers de la mode s'étend en permanence grâce des collaborations avec d’autres domaines, le projet qui a réuni le réalisateur Gus Van Sant et Alessandro Michele de Gucci en offre l’une des illustrations les plus parfaites. L’art de l’ellipse et du récit tout en douceur de Gus Van Sant dans ses films n’est d’ailleurs pas sans évoquer l’approche couture d’Alessandro Michele. Ensemble, ils ont signé une mini-série en sept épisodes qui dévoile la nouvelle collection de  Gucci : Ouverture of Something That Never Ended. Le premier épisode, dévoilé en avant-première à la presse en marge de notre entretien via Zoom, donne à voir une œuvre qui ne se limite pas à un succédané de défilé rendu impossible par la Covid-19. Conformément à la patte d’auteur des autres films de Gus Van Sant, le résultat est une véritable œuvre atmosphérique et sentimentale.  

Quels horizons adviennent lorsque la mode est contrainte de sortir de sa zone de confort ? Quelle est la vie des vêtements lorsqu’on cesse de les présenter en mouvement sur des podiums ? Ce sont les questions que je me pose dans ce présent qui est à la fois incertain, mais riche en prémonitions”, voici ce qu’écrit Alessandro Michele dans un communiqué de presse. Lors de notre entretien via Zoom, il expliquait avoir voulu collaborer avec Gus Van Santparce qu’il pouvait voir à travers ses yeux ”. Les deux artistes se sont rencontrés lors d’une soirée de gala à Los Angeles. Ils ont une amie en commun, la photographe Paige Powell, à qui l’on doit les photos présentées dans cet article. Alessandro Michele et Gus Van Sant ont tourné pendant une vingtaine de jours, à Rome et ailleurs en Italie, avec la star de leur mini-série, l’actrice et performeuse Silvia Calderoni, ainsi qu’avec des figurants choisis parmi les amis et la famille du directeur artistique de Gucci. Le montage ne s’est arrêté seulement à la veille de notre entretien. “Ça a été une vraie expérience d’apprentissage pour moi, j’ai beaucoup observé et beaucoup appris ” confie Alessandro Michele

La mini-série raconte un quotidien, pour partie réel et pour partie fictionnel de Silvia Calderoni. La caméra de Gus Van Sant la suit dans un théâtre, dans une boutique vintage, dans un café, dans des “lieux ordinaires, mais très beaux “, évidemment, parce qu’on est à Rome. Hasard du calendrier, Gus Van Sant se trouvait à Rome il y a pile trente ans, pour le tournage de son film devenu classique My Own Private Idaho (1991). “Je connaissais les lieux, du moins ceux dont je pensais qu’ils pourraient intéresser Alessandro,” explique le réalisateur. “Il avait écrit une histoire très détaillée, et cela pouvait évoquer des ambiances que j’avais filmées dans Gerry (2002), Elephant (2003) et Last Days (2005).  Ces films ont eux aussi été tournés sur des périodes très condensées. J’aime travailler sur des histoires évasives où l’action se déroule devant les yeux du spectateur ”. Alessandro Michele ajoute : “c’est un peu comme une idée qu’on aurait plantée et qui a poussé de façon spontanée”. 

© Paige Powell

Les vêtements ont toujours joué un rôle très important dans le cinéma de Gus Van Sant depuis ses débuts. Impossible de penser à My Own Private Idaho sans se rappeler des blousons en cuir de River Phoenix et Keanu Reeves. Plus proche de nous, Gus Van Sant a passé un an et demi à écrire un scénario adapté d’un article pour GQ de Michael Chabon intitulé My Son, Prince of Fashion, qui raconte le voyage d’un père et de son fils à Paris pour assister à la Fashion Week. "Ça parlait de mode de façon plus directe" explique Gus Van Sant à propos du scénario. “Cette mini-série, c’est évidemment les créations d’Alessandro, mais aussi les choses qu’il aime et qui ont un lien avec ses créations ou son univers. Parfois, ce sont des choses que moi aussi j’adore par-dessus tout”.  

© Paige Powell

Quel est donc le message derrière  Ouverture of Something That Never Ended ? “Je pense que l’idée derrière les épisodes, c’est la vie d’une femme à Rome, jour après jour” , voici tout ce que Gus Van Sant a bien voulu nous en dire. Quand à Alessandro Michele, il est resté encore plus sibyllin: “il n’y a pas de signification unique et ultime, cela ne ferait que réduire le sensible à l’intelligible" écrit-il dans son communiqué de presse. “Cela trahirait l’incroyable luxuriance de sensorialité que nous charrions tous. Car, après tout, n’est-ce pas précisément dans cette infinie variété de possibles que réside l’enchantement de la vie ?”

Ouverture of Something That Never Ended a été présenté en avant-première lors du sommet Forces of Fashion de Vogue, le 16 novembre dernier. Les épisodes sont disponibles sur la chaîne Youtube du Gucci Fest jusqu'au 22 novembre.

Découvrez le premier épisode de la mini-série Gucci :

https://www.youtube.com/embed/zKqbG6TLYnc?embed_config={"adsConfig":{"adTagParameters":{"iu":"/5574/fr-vogue-cp/mode/news/article/Youtube-PFP","cust_params":"cms%3Dcopilot%26site-name%3DVogue%26market-name%3Dfrance%26page-url%3Dhttps://www.vogue.fr/mode/article/gucci-fest-miniserie-alessandro-michele-gus-van-sant-entretien%26page-template%3Darticle%26article-id%3D5fb39b9ab71579473cb07b59%26gallery-embeds%3Dno%26content-type%3Dstandard%26article-tag%3DActualités%2CVogue Digital%2CGucci%2CAlessandro Michele%26experience%3Dcompass%26category%3Dmode%26subcategory%3Dnews%26video-embeds%3Dyes%26ceros-embed%3Dno%26platform%3Dweb%26feature-flags%3Da2a-false%2CageGate-false%2CampNativeAds-false%2CarticleEmbedExternalLinks-false%2CarticleEmbedInlineArticles-true%2CarticleEmbedInlineGalleries-false%2CarticlePopInTag-false%2CatjsonArticleBody-false%2CautoplayYouTubeVideosOnVideoPage-true%2CcategorySubNavigation-false%2Cdinosaur-false%2CdisplayMoreArticles-false%2CdynamicAffiliateDisclaimer-false%2CdynamicAffiliateDisclaimerTop-true%2CfastAdsV6-false%2CgalleryStickyBottomAd-false%2CglobalAnalytics-false%2CgwaArticle-false%2ChideCerosEmbed-false%2CimageOverlay-false%2CimageOverlayAppendOrientation-false%2CjsonToObject-false%2CloadMoatOnlyForActiveViewportAdSlots-false%2ClogoVariation-%2CnativeShareLargeButtonOnTopper-true%2Cnewsletter-false%2ColdBrowserWarning-false%2CrecommendChangePopInTag-false%2CrefreshAds-false%2CregistrationWall-false%2CrelatedContentRecommendations-true%2CseoMetaRobots-true%2CslimNavigation-true%2CstickyBottomArticleAd-true%2CstickyBottomHomepageAd-false%2CstickyBottomTopicAd-false%2CstickyHeader-false%2CteadsNativeFallback-true%2CtopicNativeSlice-false%2CuserAccountNav-false%2CyieldToAds-false%2ConeTrust-true%2Csentry-true%2CshowAdsInGalleryBody-false%2CalwaysOnControlFlag-false%2CarticlePopInTag2-false%2CcerosRecommendations-false%2CtestMultivariant-A%26kvid%3DzKqbG6TLYnc%26video-embed-index%3D1"},"nonPersonalizedAd":false}}

Retrouvez aussi sur Vogue.fr : 
“Casino Royale” : les dessous de la robe violette d’Eva Green
Les 3 pièces qu'une femme devrait toujours avoir dans sa garde-robe selon Domenico Dolce et Stefano Gabbana

Plus de Vogue sur Youtube :

https://www.youtube.com/embed/ViC9Mq-zNao?embed_config={"adsConfig":{"adTagParameters":{"iu":"/5574/fr-vogue-cp/mode/news/article/Youtube-PFP","cust_params":"cms%3Dcopilot%26site-name%3DVogue%26market-name%3Dfrance%26page-url%3Dhttps://www.vogue.fr/mode/article/gucci-fest-miniserie-alessandro-michele-gus-van-sant-entretien%26page-template%3Darticle%26article-id%3D5fb39b9ab71579473cb07b59%26gallery-embeds%3Dno%26content-type%3Dstandard%26article-tag%3DActualités%2CVogue Digital%2CGucci%2CAlessandro Michele%26experience%3Dcompass%26category%3Dmode%26subcategory%3Dnews%26video-embeds%3Dyes%26ceros-embed%3Dno%26platform%3Dweb%26feature-flags%3Da2a-false%2CageGate-false%2CampNativeAds-false%2CarticleEmbedExternalLinks-false%2CarticleEmbedInlineArticles-true%2CarticleEmbedInlineGalleries-false%2CarticlePopInTag-false%2CatjsonArticleBody-false%2CautoplayYouTubeVideosOnVideoPage-true%2CcategorySubNavigation-false%2Cdinosaur-false%2CdisplayMoreArticles-false%2CdynamicAffiliateDisclaimer-false%2CdynamicAffiliateDisclaimerTop-true%2CfastAdsV6-false%2CgalleryStickyBottomAd-false%2CglobalAnalytics-false%2CgwaArticle-false%2ChideCerosEmbed-false%2CimageOverlay-false%2CimageOverlayAppendOrientation-false%2CjsonToObject-false%2CloadMoatOnlyForActiveViewportAdSlots-false%2ClogoVariation-%2CnativeShareLargeButtonOnTopper-true%2Cnewsletter-false%2ColdBrowserWarning-false%2CrecommendChangePopInTag-false%2CrefreshAds-false%2CregistrationWall-false%2CrelatedContentRecommendations-true%2CseoMetaRobots-true%2CslimNavigation-true%2CstickyBottomArticleAd-true%2CstickyBottomHomepageAd-false%2CstickyBottomTopicAd-false%2CstickyHeader-false%2CteadsNativeFallback-true%2CtopicNativeSlice-false%2CuserAccountNav-false%2CyieldToAds-false%2ConeTrust-true%2Csentry-true%2CshowAdsInGalleryBody-false%2CalwaysOnControlFlag-false%2CarticlePopInTag2-false%2CcerosRecommendations-false%2CtestMultivariant-A%26kvid%3DViC9Mq-zNao%26video-embed-index%3D2"},"nonPersonalizedAd":false}}
Source: Lire L’Article Complet