Amnésie traumatique : définition, symptômes à reconnaître et retour des souvenirs

Lorsqu’on vit un événement traumatique, on peut souffrir d’amnésie traumatique, c’est-à-dire d’un effacement des souvenirs. Explications.

Restez informée

Amnésie traumatique : de quoi parle-t-on exactement ?

Comme son nom l’indique, l’amnésie traumatique concerne les personnes qui, au cours de leur vie, ont vécu un événement traumatique :  » l’amnésie traumatique est surtout documentée chez les enfants qui ont vécu des violences sexuelles, par exemple dans le cadre de la famille  » illustre le Dr. Fanny Jacq, médecin psychiatre.

L’amnésie traumatique peut aussi concerner les personnes (hommes ou femmes) qui ont vécu des traumatismes de guerre, des attentats, des violences conjugales, des violences sexuelles…

Amnésie traumatique : définition. L’amnésie traumatique se définit comme une perte de mémoire totale ou partielle concernant un événement traumatique. «  Lorsqu’elle est totale, la personne ne se souvient absolument pas du traumatisme qu’elle a vécu ; elle n’est même plus consciente d’avoir vécu des violences, détaille le Dr. Fanny Jacq. Lorsqu’elle est partielle, la personne peut avoir des bribes de souvenirs traumatiques. « 

Amnésie traumatique : qu’est-ce qui se passe ?  » Chez certaines personnes, en cas d’événement traumatique (un viol, des violences physiques, un attentat…), on observe une disjonction des circuits du cerveau : le cerveau déconnecte volontairement les circuits des émotions et de la mémoire. « 

«  Ainsi, au moment de l’événement traumatique, il y a une dissociation : la personne concernée (que ça soit un enfant ou un adulte, un homme ou une femme) n’est plus vraiment présente, son cerveau est comme éteint. Les souvenirs créés, quant à eux, sont enfouis très profondément dans le psychisme  » explique le médecin psychiatre. L’amnésie traumatique constitue donc un mécanisme de défense psychique.

À savoir. «  Les personnes qui souffrent d’une amnésie traumatique totale peuvent éventuellement ressentir de la culpabilité lorsqu’on leur dit qu’elles ont été victimes d’un traumatisme : la culpabilité de ne pas se souvenir  » ajoute la spécialiste.

Amnésie traumatique : les souvenirs finissent-ils par revenir ?

Amnésie traumatique : quand les souvenirs rejaillissent…  » Les souvenirs peuvent éventuellement  » remonter  » à l’occasion d’un bouleversement émotionnel – un déménagement, une nouvelle rencontre, une grossesse…, ajoute la spécialiste. Par ailleurs, il suffit parfois d’un petit élément pour que les souvenirs traumatiques reviennent de façon brutale : il suffit que l’on entende une chanson, que l’on retrouve un objet spécifique, que l’on revisite un lieu particulier… et il y a une reconnexion, d’un seul coup. « 

et quand ils restent enfouis. En cas d’amnésie traumatique, les souvenirs traumatiques peuvent toutefois rester enfouis durant de nombreux mois, de nombreuses années, voire de nombreuses décennies.  » La personne pourra éventuellement avoir la sensation que  » quelque chose ne va pas  » sans parvenir à identifier la source de son malaise  » précise le Dr. Fanny Jacq.

La personne concernée pourra également souffrir de symptômes psycho-somatiques, qui trahissent la présence latente du traumatisme : des douleurs qui ne  » passent  » pas, des troubles du sommeil, des épisodes dépressifs à répétition, des problèmes de peau, de poids ou de digestion…

Amnésie traumatique : comment est-elle prise en charge ?

 » Si vous avez l’impression que  » quelque chose ne va pas  » sans parvenir à identifier quoi, mieux vaut consulter votre médecin traitant qui pourra vous rediriger vers un médecin psychiatre ou vers un psychologue : il faut mettre le doigt sur ce mal-être, il faut que ça sorte !  » recommande le Dr. Fanny Jacq.

Amnésie traumatique : hypnose et EMDR. Pour faire  » sortir  » les souvenirs traumatiques enfouis, le médecin psychiatre ou le psychologue pourra notamment avoir recours à l’hypnose ou à l’eye movement desensitization and reprocessing (EMDR), une thérapie brève qui repose sur des mouvements oculaires répétés.

 » La prise en charge d’une amnésie traumatique est longue : il s’agit, schématiquement, de rouvrir les canaux du cerveau, analyse le médecin psychiatre. Par ailleurs, une fois que l’amnésie est levée, le travail n’est pas terminé : il faut traiter le traumatisme en lui-même grâce à une psychothérapie qui pourra durer plusieurs mois ou années. « 

Merci au Dr. Fanny Jacq, médecin psychiatre et directrice de la santé mentale chez Qare.

Source: Lire L’Article Complet