Arrière-plan, objets déco… Conseils de pro pour recevoir des appels en visio

Télétravail et visioconférences obligent, la mise en scène de notre intérieur est devenue indispensable pour se présenter sous un bon jour. Luminosité, arrière-plan, décor : mode d’emploi de l’appartement “zoomable”.

Il a bien fallu s’adapter. Réaménager son meublé, remodeler sa chambre ou son salon, réorganiser ses mètres carrés… Depuis la rentrée, Zoom, Teams et autres applis permettant des réunions à distance ont poussé des milliers de salariés à reconfigurer leur appartement. Une nécessité, mais aussi la naissance d’une nouvelle esthétique, celle du salon Zoom friendly, ou comment exposer son intérieur en le valorisant à l’extérieur. Car si nos supérieurs et nos collègues de bureau rentrent désormais chez nous, mieux vaut faire attention à ce que l’on peut (ou veut) montrer de son intimité. À ce titre, certains sont devenus de vrais pros de la déco «zoomable», comme l’affirme Charlotte Delobelle, directrice du bureau français de l’agence de tendances Fashion Snoops : «Rappelez-vous, il y a encore six mois, on voyait sur nos ordis des gens affalés sur leurs canapés avec, en arrière-plan, des portes mal fermées et des enfants qui passaient en courant, s’amuse-t-elle. Depuis, les choses ont évolué. Tout est beaucoup plus léché, mis en scène.» Alors, comment transformer son bureau-maison en espace parfait pour faire des Zoom toute la journée ? Suivez le guide.

On range, et pas que sa chambre !

C’est la base ! Tout «zoomeur» ou «teamseur» se doit d’opérer un rangement au cordeau digne de Marie Kondo. Car rien de pire à l’image que le désordre : il attire l’œil, brouille les messages et donne une vision de soi négligée. Une fois le vide fait, on pense aux éléments d’ambiance. On suit l’exemple d’Elizabeth Leriche, à la tête d’un bureau de style à son nom, qui a peint chez elle, en arrière-plan, pour ses réunions virtuelles, un pan de mur dans un bleu céladon apaisant. La chasseuse de tendances déco du salon Maison & Objet conseille aussi le fond flatteur : un panneau de papier peint arty signé Elitis ou Pierre Frey, ou un panoramique de paysage enchanteur.

En vidéo, qu’est-ce que la Zoom fatigue ?

On soigne son cadrage

Et d’ailleurs, on ne sort surtout pas du cadre ! Comme le souligne l’architecte d’intérieur Oscar Lucien Ono, ce dernier doit être serré afin de ne montrer que ce que l’on souhaite mettre en évidence. Pas question, en effet, de laisser entrevoir la table de la cuisine encombrée ou la porte des toilettes – on fuit d’ailleurs les pièces d’eau qui résonnent. Puis, on occupe l’espace, installé sur un fauteuil réglable pour éviter d’être avachi, on surélève son ordinateur – ça oblige à lever la tête, ce qui est plus flatteur -, et on soigne son apparence. Au placard, le vieux tee-shirt informe, vive la blouse chic (sur écran, seul le haut a de l’intérêt). On se coiffe, on se maquille (bas les masques, on ressort son rouge à lèvres), car c’est d’abord vous que l’on regarde !

On s’équipe comme un vrai youtubeur

Pas envie de vous filmer avec la webcam de votre ordinateur qui vous transforme en créature pixélisée et vous fait une bouche saccadée ? Pour avoir une belle image, on investit dans les caméras USB signées Logitech, expert en la matière. Didier Sanz, journaliste spécialisé high-tech, conseille la StreamCam (159 €), conçue à l’origine pour les youtubeurs, dont la haute précision est associée à des microphones très efficaces. Autre alternative, la C920 (109 €), très performante également, avec un objectif grand-angle pratique pour les groupes.

On applique l’adage “mon décor, c’est moi !”

«Au bureau, la personnalité se traduit à travers le look. En visio, c’est à travers le décor», explique Oscar Lucien Ono. On laisse donc parler sa déco. Les amateurs de design exposeront leur plus belle lampe, les craft addicts leur collection de céramiques. Les adeptes du naturel joueront avec les objets en bois… C’est aussi l’occasion de valoriser ses hobbys. Passionnée de photo ? On affiche ses œuvres ! Un peu d’autopromo, ça ne fait pas de mal.

On théâtralise un max

«La lumière est essentielle, insiste Oscar Lucien Ono. Elle met en valeur un objet – il suffit d’installer de petits spots hors cadre – ou elle théâtralise : on accroche, par exemple, un rideau rouge en arrière-plan éclairé avec une lampe posée au sol.» Réunion inoubliable garantie ! Autre suggestion : créer un mur de tendances en punaisant sur un panneau de liège – le nouveau rotin – citations et images. On change de thématiques à chaque visio pour montrer sa créativité (sans surcharger).

On la joue bibliothèque ou console

En mai dernier, le New York Times qualifiait les étagères remplies de livres d’accessoires phares du moment. Si la bibliothèque semble être devenue l’arrière-plan symbolique de l’autorité intellectuelle indispensable à toute réunion virtuelle, faites attention à ne pas la faire déborder d’ouvrages. Le modèle idéal ? Celles de la marque USM que l’on conçoit à partir de panneaux d’acier thermolaqué, disponibles dans 14 coloris. Autre option recommandée par Oscar Lucien Ono : la console, qui, comme un podium, permet de mettre en scène ses beaux objets.

Bureau avec étagère Jory, à partir de 499 €, Made.com.

Riggad, lampe avec port USB et station de charge, 59 €, Ikea.

Pinorama, design Inga Sempé. Pegboard à composer à partir de 35 €, Hay.

Double bureau côte à côte fait avec une table Linnmon /Krille, 120 x 60 cm, 99 €, Ikea. www.ikea.com.

On investit dans un bureau nomade et modulable

Comme le précise Charlotte Delobelle, «bouger son bureau est aussi un excellent moyen de changer de perspective et apporte non seulement de l’énergie mais rend aussi plus créatif dans son propre intérieur». La bonne idée ? Le bureau Hack en OSB de Konstantin Grcic pour Vitra, distribué par RBC Mobilier : il est repliable en une boîte plate et peut donc se transporter. Autre option : le bureau mobile sur roulettes Leroy Merlin – en collaboration avec le studio de design 5.5 – à fabriquer soi-même à partir d’un chariot à plancha (la liste du matériel et le tuto sont fournis sur le site de l’enseigne).

On s’entoure de produits “mood booster”

Ou comment se faire plaisir en disposant autour de soi ses propres pépites arty, fun ou cosy. «On assiste ainsi à un véritable revival de la papeterie, analyse Charlotte Delobelle. Un retour au plaisir d’écrire sur de jolis cahiers, de beaux papiers. On a même vu réapparaître les cartes d’invitation.» L’idée : faire appel à tous ses sens – bougies et parfums d’ambiance sont bienvenus même si nos interlocuteurs à distance ne sentent rien – pour booster son humeur intérieure.

On végétalise un peu

Une plante verte sera toujours du meilleur effet, pas seulement pour son esthétique mais aussi pour son côté green, toujours bien vu par les temps qui courent. Pour être dans le ton, on affiche les hits du moment – philodendron, calathea – très graphiques. On peut aussi jouer la pilea peperomioides, dite plante à monnaie à cause de ses feuilles rondes (un message subliminal en cas de négociation de budget ou de demande d’augmentation ?). Autre option, plus classique mais toujours chic : le bouquet de fleurs de saison à mettre en scène dans un très beau vase. À commander, entre autres, chez Désirée, des fleuristes engagées qui ne proposent que des fleurs cultivées en France.

On se replie sur l’arrière-plan virtuel

Avis à tous les frileux de la déco home made que les paragraphes précédents ont légèrement stressés ! Il existe aussi des arrière-plans virtuels. Sur Teams, par exemple, on peut flouter, piocher une image dans une sélection, insérer ses photos derrière soi ou encore opter pour le mode Together, qui transpose les participants dans un environnement virtuel partagé, leur donnant l’impression d’être assis dans une salle de réunion. Enfin, il faut espérer que l’application américaine Mmhmm arrive un jour en France. Avec ses choix de backgrounds, ses possibilités d’insertion de documents, ses fonctions multiples (on peut se grandir, se rapetisser, passer derrière le décor…), elle bat tous les records !

Source: Lire L’Article Complet