Australie : une aide financière pour aider les femmes victimes de violences conjugales à quitter le foyer

En Australie, une femme est tuée par son son compagnon tous les neufs jours, selon le gouvernement. Pour aider les personnes victimes de violences conjugales à quitter leur conjoint et à trouver un nouveau logement, le gouvernement a lancé un dispositif d’essai, en vigueur depuis le 19 octobre, explique CNN.

  • 3919 : à quoi sert le numéro d’aide aux femmes victimes de violences ?
  • Le violentomètre, l’outil pour mesurer si vous êtes en danger dans votre couple

5000 dollars australiens par victime

Les femmes et les hommes subissant des violences conjugales peuvent depuis le 19 octobre demander la somme de 5000 dollars australien (soit 3700 dollars américains et environ 3200 euros) au gouvernement. Une partie sera donnée en espèces, afin de payer des frais comme ceux de la scolarité des enfants. 

Preuve de l’attente de cette aide, UnitingCare Australia, qui supervise le programme d’essai, a annoncé à CNN avoir reçu des des appels et messages relatifs aux dossiers d’application avant même le lancement officiel. 

Ce paiement fournira une aide vitale pour aider les personnes qui ont besoin d’un soutien financier à quitter

« Toute personne a le droit de vivre sa vie en sécurité, dans la dignité et à l’abri de toute forme de violence, y compris la violence domestique, familiale et sexuelle. Malheureusement, nous savons que la violence familiale touche les femmes de manière disproportionnée. Ce paiement fournira une aide vitale pour aider les personnes qui ont besoin d’un soutien financier à quitter », explique Claerwen Little, la présidente de l’organisme dans un communiqué disponible sur leur site. 

Un budget de 1,1 milliard de dollars

En 2017, l’Australie chiffrait à 18.000 dollars australiens (soit 14.000 dollars américains et 11.500 euros) le coût pour une femme de quitter son logement. Cette somme correspond aux frais de déménagement, d’installation dans un nouveau logement, y compris l’achat de nourriture et des autres frais d’installation, ainsi que ceux d’avocats. Le Conseil australien des syndicats juge cette somme plus importante en 2021.

Un budget fédéral de 1,1 milliard de dollars australiens.

Les conditions requises pour demander cette aide, qui est à distinguer d’un service d’urgence, sont détaillées sur le site du dispositif. Le programme est accessible aux personnes de plus de 18 ans résidant en Australie et n’ayant pas eu accès au « Escaping Violence Payment » (Paiement pour échapper à la violence, en français) ces douze derniers mois. 

Plusieurs plans nationaux ont été mis en place par l’Australie ces dernières années. En mai, le gouvernement a annoncé un budget fédéral de 1,1 milliard de dollars australiens (soit 820 millions de dollars et 640 millions d’euros) dédié au plan « Escaping Violence Payment ».

Mary Crooks, la présidente du Victorian Women’s Trust, juge auprès de CNN qu’il demeure « un problème moral, éthique et politique » à ne pas oublier : « Pourquoi une femme doit-elle encore subir ce traumatisme extraordinaire et ce bouleversement dans sa vie alors qu’en fait, ce n’est pas elle qui a commis le mal? (…) « Pourquoi doit-elle être celle qui ramasse les enfants et animaux de compagnie rapidement, et éventuellement de ne pas pouvoir obtenir une place en centre d’accueil ? »

Hausse de la violence pendant la pandémie

D’après un rapport sur les inégalités de genre du Forum économique mondial de 2021, relayé par CNN, l’Australie occupe la 50e place, bien derrière la France, le Royaume-Unis et les Etats-Unis. 

Les inégalités croissantes, notamment salariales, et la hausse des violences ont été accentuées pendant la crise sanitaire de la Covid-19. Le gouvernement estime que deux tiers des femmes victimes de violences conjugales ont été confrontées à une augmentation significative pendant la pandémie. 

Comme en France, les confinements ont aussi empêché les femmes de quitter un foyer violent. 

Un autre chiffre inquiétant est relayé par CNN, montrant l’ampleur de ce problème systémique. D’après un sondage datant de 2018, un Australien sur cinq perçoit la violence domestique comme « une réaction normale du stress et de la frustration quotidienne. »

  • Violences conjugales : le recueil de plainte chez autrui bientôt expérimenté
  • Légitime défense dans les cas de violences conjugales : « On demande aux femmes d’attendre d’être mortes pour réagir »

Source: Lire L’Article Complet