Bernadette Chirac charmée par Francis Bouygues… au point d’en faire un amant ?

Toute sa vie, l’ancienne première dame Bernadette Chirac s’est affichée avec fierté au bras de l’homme de sa vie, le regretté président de la République Jacques Chirac. Elle a même enduré ses infidélités avec dignité. On découvre aujourd’hui qu’on lui avait conseillé de prendre… un amant.

Pendant des décennies, Bernadette Chirac a été dans l’oeil des médias à cause de la carrière politique de son regretté mari, Jacques Chirac. Populaire première dame engagée pour les enfants avec les pièces jaunes et les seniors avec + de Vie, elle a fermé les yeux sur les infidélités de son époux, restant à ses côtés jusqu’au bout. Et pourtant, un autre homme lui avait tapé dans l’oeil.

Dans son livre intitulé Souvenirs, souvenirs…, la journaliste Catherine Ney consacre plusieurs pages à ses rencontres avec les femmes politiques. Parmi elles : Bernadette Chirac, qui a longtemps été élue en Corrèze, et qu’elle apprécie. Interrogée par le magazine Elle, la journaliste a relaté une anecdote croustillante. Alors qu’elle avait été invitée à déjeuner chez les Chirac, Bernadette « avait été insupportable, elle coupait la parole tout le temps » et, quelques heures plus tard, elle s’était retrouvée en tête à tête avec l’ex-première dame. Le sujet délicat de l’infidélité avait été évoqué.

Bernadette Chirac avait ainsi clamé à son interlocutrice qu’elle savait que son mari la trompait et la journaliste lui avait lors répondu du tac au tac : « Écoutez Bernadette, prenez un amant, ça donne bonne mine ! » D’abord apeurée à l’idée d’avoir proféré des mots qui causeraient l’ire de la femme de l’ex-chef de l’État, elle avait en réalité suscité une vraie interrogation ! « Son visage s’est éclairé : ‘Il y a un homme qui me plairait, c’est Francis Bouygues, il ressemble à Pompidou.’ Question : avait-elle fantasmé sur l’ancien président ?’« , s’interroge Catherine Ney.

Et la journaliste de révéler la fin de cette affaire. « Quelques semaines plus tard, rencontrant Monique Bouygues à un dîner, je lui avais dit : ‘Vous savez que Bernadette trouve votre mari très séduisant ?’ Pour finir l’histoire, je croise Bernadette chez le coiffeur qui s’étonne : ‘J’ai vu Mme Bouygues. Je ne sais pas pourquoi, elle a été très désagréable‘ », a-t-elle conclu.

Thomas Montet

Source: Lire L’Article Complet