César 2020 : Manque de diversité, polémiques, Polanski… la direction de l'Académie démissionne

C’est l’annonce à laquelle on ne s’attendait pas. La direction de l’Académie des César 2020 vient d’officialiser sa démission.

Alors que la 45ème édition des César sera diffusée le vendredi 28 février prochain avec Florence Foresti comme maîtresse de cérémonie, un coup de théâtre vient de se produire sur les réseaux sociaux. En effet, la direction de l’Académie, composée de 47 membres qui sont principalement des hommes, a décidé de se retirer officiellement. C’est dans un court communiqué partagé sur Twitter qu’elle a confirmé la nouvelle : “Pour honorer celles et ceux qui ont fait le cinéma en 2019, pour retrouver la sérénité et faire que la fête du cinéma reste une fête, le Conseil d’Administration de l’Association pour la Promotion du Cinéma (Académie des Arts et Techniques du Cinéma) a pris la décision à l’unanimité de démissionner. Cette démission collective permettra de procéder au renouvellement complet de la direction de l’Association.” Le document précise également qu’une nouvelle direction sera élue pour “mettre en œuvres les mesures de modernisation annoncées.” Car oui, depuis quelque temps, l’événement jugé trop vieillissant et élitiste est en crise.

Le prestige de la cérémonie ne l’aura pas empêché d’être au cœur des scandales. Tout a commencé lorsque Alain Terzian, le président de l’Académie, a refusé deux marraines pour sa soirée des Révélations : la romancière Virginie Despentes et la cinéaste Claire Denis. À l’époque, cette décision ressentie comme arbitraire a fait un véritable bad buzz sur la Toile. Si l’Académie a présenté ses excuses en promettant de mettre en place une parité d’ici un an, il n’y a eu aucune autre explication. Mais les tensions n’ont fait que commencer. Par la suite, les César ont également jeté de l’huile sur le feu en donnant pas moins de 12 nominations à J’accuse, le film de Roman Polanski, accusé de viols par de multiples femmes. Indignées, plusieurs associations féministes ont appelé au boycott du réalisateur franco-polonais. Face au tollé, Alain Terzian a de nouveau réagi en déclarant que l’Académie se devait d’être neutre dans ses décisions et ne pas avoir de positions morales. Des explications insuffisantes pour un grand nombre.

Une publication partagée par Académie des César (@academiedescesar) le

Dès cet instant, le manque de diversité a été pointé du doigt au sein de l’Académie des César. 400 professionnels et personnalités du cinéma dont Omar Sy, Gilles Lellouche, Karin Viard ou Agnès Jaoui n’ont d’ailleurs pas hésité à réclamer une réforme en profondeur pour faire bouger les choses qui n’ont pas évolué depuis bien trop longtemps. Dans leur tribune partagée via Le Monde, les acteurs et réalisateurs ont ainsi réclamé d’insuffler un vent de modernité et de démocratie, d’instaurer une réelle égalité femmes-hommes sans oublier de refléter le 7ème art français avec plus de mixité. Mais ce n’est pas tout ! Ces derniers souhaitent également faire disparaître la cooptation, ce principe qui permet aux membres actuels de l’Académie de choisir les nouveaux membres. Un système beaucoup trop fermé. Ainsi, les personnalités voudraient pouvoir élire leurs propres représentants. Cet appel sera-t-il entendu ? Affaire à suivre.

Source: Lire L’Article Complet