Covid-19 et immunité : bonne nouvelle, le nombre de Français ayant développé des anticorps est en hausse

Plus d’un Français sur deux avait des anticorps à la mi-juin. C’est ce que révèle une étude de Santé publique France, de l’Institut Pasteur et de l’Anses, qui parle d’une “très forte augmentation”. Des résultats encourageants, qui suggèrent un gain d’immunité en lien avec la vaccination.

Restez informée

C’est une bonne nouvelle, qui a été dévoilée dans le dernier point épidémiologique de Santé publique France paru le 9 septembre : plus d’un Français sur deux avait des anticorps à la mi-juin.

Ces travaux menés par Santé publique France, l’Institut Pasteur, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) et relayés par Le Parisien se sont intéressés à la séroprévalence, autrement dit à la proportion de personnes ayant développé des anticorps contre le coronavirus après une infection ou une vaccination.

Les chercheurs ont découvert qu’elle avait “très fortement” augmenté à la mi-juin : elle a ainsi atteint 52,4 %, contre 13,7 % à la mi-février, ce qui représente une hausse de 40 points.

“Un gain d’immunité important en lien avec la vaccination”

Pour faire ces constatations, les chercheurs ont analysé des “fonds de tubes” issus de prises de sang réalisées en laboratoire et “tirés au sort par sexe, par tranche d’âge et par région”, indique Le Parisien.

Les résultats montrent également que cette augmentation de la séroprévalence a été observée dans toutes les tranches d’âge, mais qu’elle était plus importante chez les adultes, et plus particulièrement chez les 60 ans et plus. Et pour cause : les personnes âgées ont pu bénéficier du vaccin anti-Covid-19 en priorité.

D’après une étude de séroprévalence de Santé publique France, l’Institut Pasteur et l’Anses, plus d’un Français sur 2 avait des anticorps anti-SARS-CoV-2 (suite à une infection ou à la vaccination) mi-juin. C’est 40 points de plus qu’en février (13,7%). #Covid19

1/ ⤵️ pic.twitter.com/CCUDe7VyVF

Si cette hausse a également été constatée dans toutes les régions, elle était plus marquée dans le Nord et l’Est comme en Île-de-France (60,1%), en Bretagne (56,0%) ou dans le Grand Est (55,6%). La séroprévalence était plus basse dans les Outre-mer, notamment en Guadeloupe (30,7%) et en Martinique (21,4%). Dans ces régions, le taux d’incidence est particulièrement élevé et la couverture vaccinale est plus faible : en Martinique, 24,4 % de la population bénéficiait d’un schéma vaccinal complet au 8 septembre. A titre de comparaison, en Ile-de-France, 66,5 % de la population avait reçu les deux doses de vaccin au 6 septembre, selon Santé publique France.

Si ces résultats doivent être affinés, ils suggèrent déjà “un gain d’immunité important dans la population française, en lien avec la vaccination, avec des séroprévalences très supérieures à celles observées lors des vagues épidémiques précédentes”, conclut l’étude.

A lire aussi :

⋙ Covid-19 : une immunité “surhumaine” développée par certains patients

⋙ Covid-19 et immunité : les patients infectés puis vaccinés seraient les mieux protégés

⋙ Covid-19 : vacciné.e mais recontaminé.e, vais-je développer de nouveaux anticorps ?

Source: Lire L’Article Complet