Covid-19 : et si un plat japonais pouvait nous protéger de la maladie ?

Faut-il miser sur un plat japonais pour lutter contre la Covid-19 ? Des chercheurs japonais ont testé l’efficacité d’un célèbre plat nippon contre l’infection au coronavirus et les résultats sont encourageants.

Restez informée

Solution nasale, eau salée, huile de foie de morue… Ces différents produits pourraient se révéler efficaces contre la Covid-19, selon divers travaux scientifiques. Mais ils ne seraient pas les seuls à être des alliés contre le coronavirus. D’après une étude parue le 13 juillet dernier dans la revue Biochemical and Biophysical Research Communications, le natto, un plat traditionnel japonais, permettrait également de lutter contre le virus.

Ce mets traditionnel nippon, souvent servi comme accompagnement du riz, est peu connu en France. Il est préparé avec des graines de soja fermentées. Vu d’ici, il paraît peu appétissant car il est gluant et visqueux. Son odeur est aussi très particulière et plutôt forte, et rappelle celle de certains fromages. Mais, au Japon, le natto est réputé “pour être nutritif et bénéfique pour la santé”, indique l’étude. Et selon, des chercheurs de l’université d’agriculture et de technologie de Tokyo, il pourrait être utile pour venir à bout de la Covid-19.

Le plat japonais “natto” pourrait être efficace contre la Covid-19

“Dans cette étude, nous avons étudié les effets antiviraux du natto sur le SRAS-CoV-2, le virus qui cause la Covid-19, et l’herpès virus bovin 1 (BHV-1), qui provoque des maladies respiratoires chez les bovins”, a précisé Tetsuya Mizutani, directeur du Center for Infectious Disease Epidemiology and Prevention Research à l’université d’agriculture et de technologie de Tokyo (CEPiR-TUAT) et auteur de l’étude.

Les chercheurs ont examiné les effets du natto chaud et de sa version froide sur des ensembles de cellules cultivées en laboratoire provenant d’être humains et de bovins. Les résultats des travaux ont révélé que l’extrait de natto froid “a totalement inhibé” les infections virales, notamment le SARS-CoV-2 et le BHV-1. En clair, les virus ont perdu la capacité d’infecter les cellules grâce à ce plat froid. Les scientifiques ont aussi constaté que la protéine Spike 1 (S1), qui porte la mutation N501Y du variant britannique, a été “dégradée par l’extrait de natto froid”.

“Lorsque l’extrait de natto a été chauffé à 100 °C pendant 10 minutes, la capacité du SARS-CoV-2 et du BHV-1 à infecter les cellules a été restaurée. (…) Ainsi, nos résultats fournissent la première preuve que l’extrait de natto contient une ou plusieurs protéases qui inhibent l’infection virale”, peut-on lire dans les recherches.

Bien que ces résultats soient encourageants, Tetsuya Mizutani a spécifié que des études supplémentaires doivent être menées pour identifier les mécanismes moléculaires exacts.

Source : Biochemical and Biophysical Research Communications

Source: Lire L’Article Complet