Covid-19 : le pic de l’épidémie a-t-il vraiment été atteint comme l’affirme Olivier Véran ?

Dans une interview accordée aux quotidiens régionaux du groupe Ebra, le ministre de la Santé a annoncé ce 15 novembre que la deuxième vague de Covid-19 avait atteint son pic en France. L’épidémiologiste Catherine Hill, interrogée par La Dépêche, n’est pas aussi optimiste qu’Olivier Véran. Explications.

Restez informée

“Nous reprenons le contrôle sur l’épidémie, a déclaré ce dimanche 15 novembre, le ministre de la Santé, Olivier Véran, dans un entretien qu’il a accordé aux journaux du groupe Ebra. “Grâce au confinement, comme au mois de mars, le virus commence à moins circuler. Depuis dix jours consécutifs, le nombre de nouveaux diagnostics de Covid-19 diminue, le taux de positivité des tests et le taux d’incidence baissent. Tout porte donc à croire que nous avons passé un pic épidémique”, a-t-il estimé.

Covid-19 : selon une épidémiologiste, l’épidémie n’est pas encore sous contrôle

D’après Catherine Hill, épidémiologiste et biostaticienne, qui surveille depuis le début de la pandémie les différents indicateurs, le pic de l’épidémie n’est pas dépassé en France. “On voit un plateau sur les courbes mais pour être certain qu’on a atteint le pic de l’épidémie, il faudrait être certain que tous les indicateurs aient diminué nettement, disons d’au moins 20 %. Et les indicateurs les plus fiables ne sont pas à la baisse”, a-t-elle précisé à La Dépêche ce 16 novembre.

Covid-19 : quels sont les trois indicateurs à surveiller ?

L’épidémiologiste a indiqué que le nombre de cas positifs n’est pas l’indicateur le plus sûr. Selon la spécialiste, il faudrait surveiller “combien de gens arrivent à l’hôpital tous les jours, combien de gens sont admis en réanimation tous les jours et combien de personnes meurent tous les jours. Et il faut faire une moyenne glissante de ces chiffres sur sept jours, puisque l’on ne compte les décès dans les Ehpad que les mardi et vendredi, qu’il y a toujours un creux le samedi et surtout le dimanche, et un pic le mardi ou le mercredi”.

Tester massivement la population pour limiter la circulation de la Covid-19

Selon l’épidémiologiste, l’une des solutions pour limiter la circulation du virus est de tester massivement la population française afin de détecter rapidement les personnes contagieuses et les isoler. “La moitié des contaminations sont le fait de porteurs asymptomatiques. Si on ne les cherche pas, l’épidémie continue. Les pays qui ont testé largement autour des cas au début de l’épidémie ont eu peu de morts”, a souligné la spécialiste.

Source: Lire L’Article Complet