Covid-19 : le purificateur d'air intérieur est-il efficace contre le virus ?

Un lycée français expérimente ce dispositif pour assainir ses classes, en prenant exemple sur nos voisins d’outre-Rhin. Mais faut-il investir dans un purificateur d’air pour son intérieur ?

Restez informée

Depuis le début de l’épidémie de coronavirus, en mars dernier, les conseils se multiplient pour adopter les bons gestes d’hygiène à la maison, afin de limiter le risque de contamination du foyer. Ménage fréquent, désinfection scrupuleuse des zones de passage et des objets touchés régulièrement, comme les poignées de porte, aération des lieux clos au moins quinze minutes trois fois par jour… Ces gestes barrières constituent une excellente protection.

Se pose désormais la question de l’utilité des purificateurs d’air. Un lycée du Rhône en expérimente actuellement un, suivant l’exemple de Hambourg qui teste l’efficacité de ces systèmes contre la circulation du virus. Objectif : assainir la qualité de l’air en réduisant drastiquement la concentration de particules fines. Et donc de virus ? Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes (la plus touchée actuellement par le Covid-19), Laurent Wauquiez, y croit. « Alors que l’Allemagne a pris à bras-le-corps le sujet de la purification de l’air comme moyen de lutte contre la propagation du Covid-19, la France a un énorme train de retard sur ce sujet » explique-t-il à nos confrères de 20 minutes. Un avis partagé par le Dr Joseph Allen, professeur adjoint de science de l’évaluation de l’exposition et directeur du programme “Bâtiments sains de l’université Harvard, qui estime que l’on pourrait utiliser un purificateur d’air dans nos intérieurs en complément d’une ventilation pour lutter contre le Covid-19. Pour pouvoir supprimer la quasi totalité des particules fines d’une grande pièce, ces purificateurs doivent être munis d’un filtre à particules à haute efficacité (HEPA).

Faut-il investir dans un purificateur d’air intérieur ?

Or, ces produits existent pour le grand public. Aussi appelés ionisateurs, ils promettent d’évacuer les fumées de cigarette, de supprimer la présence de produits chimiques (notamment les fameux formaldéhydes) et les pollens. Mais selon l’UFC-Que-Choisir, leurs performances seraient mitigées. L’association de consommateurs les juge principalement efficace pour les personnes sensibles au pollen, l’assainissement de l’air intérieur permettant de mieux combattre leurs allergies. Et met en garde contre les promesses des fabricants concernant la surface traitée, souvent bien inférieure à ce qui est annoncée.

Dernier problème de taille : les purificateurs d’air sont des produits coûteux (comptez de 300 à 600 €). Et pour conserver leur efficacité, il est nécessaire de changer régulièrement leurs filtres, un coût supplémentaire non négligeable (de 40 à 100 €).

Si vous ne comptez pas investir, n’oubliez pas le maître-mot, quel que soit la météo du jour : ventilez votre intérieur dès que possible.

A lire aussi :

⋙ Que vaut la technique de l’enveloppe, pour réutiliser son masque jetable ?

⋙ Covid-19 : peut-on continuer à faire l’amour ?

⋙ Reconfinement : dois-je remplir une nouvelle attestation à chaque sortie ?

Source: Lire L’Article Complet