Covid-19 : quelles sont les conditions pour bénéficier d’un test de dépistage entièrement pris en charge ?

Ajoutez cet article à vos favoris en cliquant sur ce bouton !

Les tests de dépistage de la Covid-19 peuvent être remboursés. Pour bénéficier de cette prise en charge, il n’existe néanmoins que deux options. On fait le point.

Vous avez été en contact avec une personne testée positive à la Covid-19 ? Vous vous apprêtez à partir en voyage ? Vous allez rendre visite à une personne à risque ? Autant de bonnes raisons de vous faire dépister ! Pour cela, il existe plusieurs solutions : faire un test sérologique, PCR, rapide ou encore salivaire. Les deux premiers sont les plus répandus. Mais dans quels cas sont-ils remboursés ?

Dépistage de la Covid-19 : deux options possibles pour être remboursé

Les tests PCR consistent à rechercher le virus dans les sécrétions. Pour ce faire, des cellules sont prélevées au fond du nez à l’aide d’un écouvillon. Ils permettent de déterminer si une personne est infectée par le virus à l’instant T. Les tests sérologiques, quant à eux, sont réalisés grâce à un simple prélèvement sanguin. Ils ont pour objectif de chercher les anticorps fabriqués par l’organisme en réponse au Sars-Cov-2. Leur présence signifie que l’organisme a déjà infecté par le coronavirus.

Pour que le dépistage soit entièrement pris en charge, il n’existe que deux options : avoir une ordonnance de son médecin ou avoir été contacté par l’Assurance maladie dans le cadre de la recherche des “personnes contacts”. Il s’agit des individus qui ont été en contact avec une personne ayant été testée positive à la Covid-19 et ayant été identifiée. Mais même avec une prescription médicale, d’autres critères entrent en ligne de compte dans le cas des tests sérologiques.

Covid-19 : le cas particulier des tests sérologiques

Pour qu’ils soient remboursés à 100 %, les tests sérologiques doivent être “conformes au cahier des charges de la HAS, marqués CE et évalués par le Centre National de Référence (CNR) des virus des infections respiratoires”, peut-on lire sur le site du ministère de la Santé. Mais ce n’est pas tout : ils doivent aussi répondre à certains critères. Ils doivent ainsi être réalisés pour les raisons suivantes :

  • pour confirmer l’infection à coronavirus lorsqu’une personne présente des symptômes, mais qu’un premier test par PCR s’est révélé négatif ;
  • pour confirmer qu’une personne a bien été infectée par le coronavirus lorsque celle-ci ne présente plus de symptômes et n’a jamais été testée positive par PCR ;
  • pour les professionnels de santé ou les personnes qui “exercent en structure médicale ou médico-sociale, compte tenu de l’exposition particulière au virus qui a pu être la leur et du fait qu’ils interviennent au contact de personnes fragiles”.

A lire aussi :

⋙ Tests PCR, sérologiques ou rapides : 4 choses à savoir sur le dépistage de la Covid-19

⋙ Covid-19 : qui est concerné par la grande campagne de dépistage ?

⋙ Kits de dépistage, remèdes miracles : gare aux arnaques liées au Covid-19

Nos meilleurs conseils chaque semaine par mail pendant 2 mois.
En savoir plus

Source: Lire L’Article Complet