Covid-19 : une étude explique pourquoi les enfants sont moins touchés par les formes graves

On le sait : les enfants développent rarement des formes aiguës de la Covid-19. Une nouvelle étude allemande a affirmé que les cellules immunitaires des plus jeunes seraient déjà en état d’alerte et prêtes à lutter contre le virus avant même une infection au coronavirus. Explications.

Restez informée

Le variant Delta est majoritaire dans la quasi-totalité des territoires de l’Hexagone. Cette nouvelle souche de Covid-19 a été détectée dans 98,7% des tests de dépistage séquencés au 3 août, selon les données de Santé publique France. Par rapport à la souche originelle de SARS-CoV-2, le variant Delta se propage également plus rapidement chez les enfants et les adolescents.

Dans son dernier point épidémiologique publié le 26 août, Santé publique France a indiqué que les mineurs âgés de 0 à 17 ans représentent désormais 20% des nouveaux cas de coronavirus observés dans la population générale. Cependant, les jeunes développent généralement des formes légères, voire asymptomatiques de la maladie comparé aux adultes.

Comment expliquer les formes légères de Covid-19 chez les enfants ?

Une étude allemande publiée dans la revue Nature Biotechnology, s’est récemment intéressée au système immunitaire des enfants touchés par la Covid-19. L’objectif ? Comprendre pourquoi ces derniers contractent rarement des formes aiguës de la maladie. Pour les besoins de ces recherches, les scientifiques de l’Institut de santé de l’hôpital de la Charité de Berlin (BIH), de la faculté de médecine de la Charité de Berlin, de l’hôpital universitaire de Leipzig et du Centre allemand de recherche sur le cancer (DKFZ) de Heidelberg, ont recruté 42 enfants et 44 adultes âgés de 4 semaines à 77 ans.

Les chercheurs ont prélevé des échantillons par écouvillonnage sur la muqueuse nasale des participants. Certains volontaires ont été atteints par la Covid-19 tandis que les autres étaient en bonne santé. Aucun enfant n’a développé de forme grave de coronavirus et ils ont été uniquement touchés par des symptômes légers tels qu’une fièvre peu élevée ou un rhume.

Les cellules immunitaires déjà en alerte et prêtes à lutter contre le virus chez les plus jeunes

Résultat : le système immunitaire des enfants serait beaucoup plus actif dans les voies respiratoires supérieures par rapport aux adultes. En cause ? La composition cellulaire des voies aériennes supérieures est différente chez les enfants sains et/ou infectés de celle des adultes en bonne santé et/ou atteints de Covid-19.

Les chercheurs ont constaté que des cellules immunitaires telles que les lymphocytes T, les macrophages ou les cellules dendritiques, sont présentes et déjà en état d’alerte au sein des muqueuses nasales des mineurs non-infectés. Elles sont donc prêtes à identifier et à combattre le SARS-CoV-2. Au moment de l’infection, leur quantité est restée stable. À contrario, chez les adultes, ces cellules immunitaires sont rarement identifiées avant une contamination au coronavirus, mais elles sont présentes chez les patients une fois qu’ils sont infectés.

D’après les scientifiques, la réponse immunitaire des enfants touchés par le virus est plus importante que celle des adultes, surtout lors des 4 premiers jours de l’infection. “Nos données fournissent clairement la preuve que les cellules épithéliales et immunitaires des voies aériennes supérieures (nez) des enfants sont préactivées et préparées à détecter le virus. Il s’agit probablement d’une caractéristique générale de la réponse immunitaire des muqueuses de l’enfant, mais elle est particulièrement pertinente pour le Sars-CoV-2”, ont affirmé les auteurs de l’étude.

Source : Nature Biotechnology

Source: Lire L’Article Complet