Deuil périnatal : "J’ai perdu ma fille le jour de sa naissance"

A l’occasion de la Journée mondiale du deuil périnatal, ce 15 octobre, Morgane nous raconte la perte de sa fille, Emma, le jour de sa naissance.

Avoir un autre enfant 

J’ai intégré des groupes de discussions d’autres “paranges” comme on nous appelle. J’ai rencontré des gens dans ma situation, qui m’ont répondu quand j’en avais besoin. J’ai fait face à des phrases douloureuses. J’ai eu le plaisir de montrer des images de ma fille à ceux qui ne niaient pas son existence et qui voulaient la voir. Et je me suis doucement décidée à faire un autre enfant. Pas un enfant qui remplace ma fille. Un petit frère, ou une petite soeur. Mon deuxième enfant. Ma deuxième grossesse est en cours, et je ne la vis pas du tout pareil. Je ne montre rien, je la vis à l’abri du regard des autres. J’ai peur qu’on se dise que j’oublie ma fille, qu’on pense que je vais bien maintenant que je vais en avoir “un autre”. L’idée d’avoir un autre enfant m’a maintenue en vie. 

Newsletter

Les informations recueillies sont destinées à CCM Benchmark Group pour vous assurer l’envoi de votre newsletter.

Elles seront également utilisées sous réserve des options souscrites, à des fins de ciblage publicitaire.

Vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d’en demander l’effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

Voir un exemple

Après l’autopsie, nous avons appris que notre fille était morte d’asphyxie au moment de l’accouchement, ce qui a créé des hémorragies dans ses bronches. Si elle était sortie plus tôt, elle aurait vécu. Il faut se défaire de la culpabilité que l’on ressent face à une telle information, il faut retrouver confiance, et cela demande un gros travail sur soi. J’ai trouvé le bon gynécologue pour m’accompagner vers une seconde grossesse. Il est très empathique, très présent, me répond à chaque angoisse. Il m’a tout de suite rassurée : cette fois-ci, j’accoucherai en amont du terme, par césarienne, programmée en avance. 

Source: Lire L’Article Complet