Du « Soleil jusqu’à la fin » pour réchauffer des cœurs meurtris

  • Les lectures coups de cœur, ça se partage.
  • Notre communauté vous recommande chaque jour un nouveau livre.
  • Aujourd’hui, « Soleil jusqu’à la fin » de Mélanie Georgelin, paru le 3 février 2021 aux Éditions Sarbacane.

Anne-So « Echos de Mots », blogueuse littéraire jeunesse et contributrice 
du groupe de lecture
20 Minutes Livres, vous recommande Soleil jusqu’à la fin de Mélanie Georgelin, paru le 3 février 2021 aux Éditions Sarbacane. Dès 13 ans.
 

Sa citation préférée :

Me vient qu’il y a nos mères et les mères de nos mères et nous formons des ribambelles de femmes, comme des poupées russes. Des ventres et des sourires s’alignent puis sombrent dans la nuit de l’Histoire, et on a beau courir après, ces sourires tombent et ne reviennent jamais. Nos mères, elles sont englouties, Albert. Je vois tout ça dans le miroir.
 

Pourquoi ce livre ?

  • Parce que Soleil jusqu’à la fin est un roman contenant des trésors de sensibilité et d’émotion qui plongent le lecteur dans la vie d’une jeune fille passant beaucoup de temps à cacher sa douleur à grand renfort de coup de gueule. Amaya a passé huit jours avec le cadavre de sa mère avant que les secours n’interviennent et que les services d’aide à l’enfance ne la prennent en charge. Elle a beaucoup de mal à se faire à la vie dans cet « orphelinat », entourée de tous ces adultes prétendant vouloir l’aider.
  • Parce que l’autrice, Mélanie Georgelin, plonge son lecteur dans les rouages de l’aide à l’enfance ; entre le soutien qu’elle s’efforce d’apporter et les difficultés sociales et administratives qu’elle rencontre. Le lecteur plonge au cœur d’une MECS (Maison d’enfants à Caractère Sociale) et fait la rencontre des nouveaux camarades d’Amaya. Tous terriblement touchants et ayant beaucoup souffert dans leurs familles respectives, les enfants s’efforcent de garder la tête hors de l’eau dans ce monde qui les a si mal accueillis.
  • Parce que si Amaya est l’héroïne et la volubile narratrice, certains chapitres – des interludes – nous offrent une vision plus globale de son nouveau monde. Ainsi le lecteur en apprend davantage sur des personnages clés de la nouvelle vie de la jeune fille tels que la psychologue, une éducatrice ou encore une famille relais. Le lecteur comprend très vite que si les adultes sont là pour aider, ils peuvent aussi avoir des difficultés à appréhender leurs rôles si importants.
  • Parce que la plume de Mélanie Georgelin est poétique mais ne prend jamais de détour. Le passé des personnages prend aux tripes et leur souffrance soulève le cœur car l’autrice énonce les faits dans tout ce qu’ils peuvent avoir de plus laids, violents et tristement réels. Ici, pas de langue de bois, que de l’émotion brute et compliquée à canaliser.
  • Parce que Soleil jusqu’à la fin est un roman intelligent et débordant de sensibilité ayant pour thème principal la reconstruction. La jeune héroïne, une enfant à « haut potentiel », est un personnage touchant et difficile à oublier. Tantôt protectrice et grande gueule, tantôt terrifiée et mutique, toujours perspicace et intelligente, la jeune fille se débat du mieux qu’elle peut dans une vie éreintante qui ne semble jamais vouloir l’épargner. Pourtant, le roman sait aussi se faire porteur d’espoir… à lire d’urgence !
     

L’essentiel en 2 minutes

L’intrigue. Amaya a 12 ans quand elle voit sa mère mourir de chagrin après le départ de son père. La jeune fille se retrouve alors en MECS (Maison d’Enfants à Caractère Sociale) et va devoir jongler entre sa nouvelle vie, ses camarades aux passés difficiles et sa colère contre le monde.

Les personnages. Amaya, jeune fille très intelligente, aussi pleine d’empathie que de colère.

Les lieux. Le roman se déroule en France.

L’époque. L’histoire débute alors que la mère de Amaya vient de mourir.

L’auteur. Mélanie Georgelin est une autrice française née en 1984. Psychologue exerçant en pédopsychiatrie, cette spécialiste de l’enfance travaille actuellement sur une thèse de philosophie contemporaine.

Ce livre a été lu avec plaisir par Anne-So Echos de Mots,
blogueuse spécialisée dans la littérature jeunesse et ado. « Pour moi, la lecture peut être aussi bien un plaisir personnel dans lequel on court se réfugier qu’une excuse pour échanger et rencontrer d’autres lecteurs. Je suis une amoureuse des mots toujours intéressée par de nouvelles découvertes. »

Acheter sur Amazon

Vous voulez nous recommander un livre qui vous a particulièrement plu ? Rejoignez notre communauté en cliquant ici

20 Minutes de contexte

Une partie des liens de cet article sont sponsorisés. A chaque fois que vous achetez un livre via l’un d’entre eux, nous touchons une commission qui nous aide à payer nos factures. Pour éviter tout conflit d’intérêts, nous avons adopté la méthode suivante:

1. Les contributeurs de la rubrique choisissent leurs livres, réalisent leurs fiches et leur critique en toute indépendance, sans se soucier des liens éventuels qui seront ajoutés.

2. Les liens sont ajoutés a posteriori, à chaque fois que nous trouvons le produit recommandé sur une de nos plateformes partenaires.

Merci d’avance à tous ceux qui cliqueront !

Source: Lire L’Article Complet