Ecole covid : 4048 classes fermées, santé mentale des enfants

Selon les chiffres hebdomadaires du ministère de l’Education nationale, 28 écoles sont actuellement fermées en France. Dans son rapport annuel sur les droits de l’enfant, la Défenseure des droits a également évoqué les conséquences néfastes de la crise sanitaire sur l’état de la santé mentale des enfants.

  • Santé mentale des enfants
  • Actualités Covid à l'école
  • Evaluations CP
  • Retour du masque à l'école
  • Cas contact en Gironde
  • Nouveau variant école Bretagne
  • Statut vaccinal des élèves
  • Fermeture de classes et Covid

Mise à jour du 19 novembre à 10h15]. Selon les chiffres de du ministère de l'Education nationale, 4048 classes sont fermées en France en date du jeudi 18 novembre. On compte également 28 écoles (aucun collège ni lycée) ayant fermé leurs portes dans le cadre du protocole sanitaire à l'école. Un chiffre en augmentation qui n'a jamais été aussi élevé qu'en ce début de rentrée scolaire. En effet, on ne comptait que 1246 classes fermées en date du 22 octobre. Sur les 7 derniers jours, le ministère enregistre 10.962 élèves positifs au Covid-19 (contre 3620 au 22 octobre) et 776 parmi le personnel contre 257 cas il y a un mois.

La santé mentale des enfants fragilisée par la crise

Les résultats du rapport annuel de la Défenseure des droits, publié ce 17 novembre, sont inquiétants concernant la santé mentale des enfants.  Selon Claire Hédon, "il a été démontré que le premier confinement a conduit à une hausse générale des syndromes dépressifs et même à un doublement chez les 15-24 ans (10 % d'entre eux présentaient un syndrome dépressif en 2019, contre plus de 20 % en 2020)". La fermeture des écoles, des collèges et des lycées et l'enseignement à distance ont aussi aggravé les risques d'addiction aux écrans. "(Les professionnels) nous ont interpellés sur les difficultés des rythmes circadiens, des troubles alimentaires, du sommeil des enfants, qui étaient épuisés dans les écoles, qui souffrent de problèmes d'attention. Les professeurs ont du mal à les mobiliser sur des projets", a ainsi expliqué le Défenseur des enfants Eric Delemar, lors d'une conférence de presse organisée ce 16 novembre. Face à ce constat, Claire Hédon propose 29 recommandations comme permettre à chaque enfant d'accéder à des dispositifs d'accueil du jeune enfant, développer le "soutien à la parentalité" et ouvrir des "maisons des adolescents" dans chaque département. Elle insiste aussi sur le fait que santé mentale des enfants doit devenir une priorité publique et qu'ils doivent être pris en charge rapidement en cas de problème. "Un enfant qui ne va pas bien deviendra un adulte qui va mal  (et qui vivra dans ) une société qui va mal ", martèle-t-elle.

Les dernières actualités sur le Covid à l'école

  • La vaccination de certains enfants recommandée par l'Académie de médecine. Ce 17 novembre, un avis de l'Académie de médecine a été publié concernant la vaccination des enfants contre la Covid-19. "L'Académie nationale de médecine recommande d'élargir l'immunisation contre la Covid-19 par le vaccin (de Pfizer-BioNTech) aux enfants à risque de formes graves en raison de comorbidités, quel que soit leur âge, ainsi qu'aux autres enfants vivant dans leur environnement familial et scolaire", explique l'instance scientifique. Elle conseille aussi de vacciner "les enfants vivant dans l'entourage d'adultes vulnérables, en particulier les immunodéprimés et les personnes atteintes de maladies chroniques ". Pour autant, la question de la vaccination des enfants n'est pas encore à l'ordre du jour dans notre pays. Ce 17 novembre, Jean-François Delfraissy, président du conseil scientifique, a expliqué sur France Inter que si une décision doit être prise dans ce sens, elle ne le sera pas avant "le début de l'année 2022".
  • Les élèves de CP et de CE1 ont rattrapé le retard dû au confinement. Le ministère de l'Education nationale a dévoilé ce 15 novembre les résultats des évaluations nationales réalisées en septembre, qui portaient en CP et CE1 sur des compétences en français et en mathématiques, et en sixième sur l'ensemble des compétences acquises en primaire. Ils révèlent que les retards constatés en français et en mathématiques après le premier confinement de 2020 ont été rattrapés mais que les progrès réalisés par les élèves des écoles les plus défavorisées étaient moins importants en français. Ainsi, le point noir reste la maîtrise de la lecture à l'oral en 6ème appelée le test de fluence : un tiers des élèves à l'entrée en sixième n'ont qu'un niveau CE2.
  • Le retour du masque dans les écoles. Le port du masque est redevenu obligatoire dans toutes les écoles élémentaires de France métropolitaine et d'Outre-mer ce lundi 15 novembre. "Dans ce contexte de reprise épidémique, il nous faut redoubler de vigilance. Tous les assouplissements un moment envisagés seront donc reportés pour conserver les règles actuellement en vigueur", avait indiqué le chef de l'Etat. C'est donc le niveau 2 du protocole sanitaire qui est appliqué dans toutes les écoles françaises depuis ce 15 novembre. Depuis le 8 novembre, les élèves de primaire de 39 départements métropolitains avaient déjà remis le masque à l'école, ainsi qu'à la Réunion en raison de la dégradation de la situation sanitaire.
  • 231 cas contacts dans une école de Gironde. En début de semaine dernière, 6 cas de Covid-19 ont été identifiés au sein de l'école élémentaire du groupe scolaire Éric Tabarly au Taillan-Médoc (Gironde). Selon France 3, le "contact-tracing" a dénombré 231 cas contacts dans cette école de 249 élèves. Par précaution, la préfecture de Gironde a décidé de fermer l'établissement pour une durée de 4 jours. Pour retourner en classe, les enfants devront présenter une attestation de test négatif ou un certificat de rétablissement.
  • Un nouveau variant détecté dans une école bretonne. Selon le quotidien Le Télégramme , un nouveau variant du coronavirus a été identifié dans l'école Mona Ozouf à Bannalec dans le Finistère. Les premières contaminations ont été identifiées le 15 octobre et ont concerné 18 enfants et 6 adultes provoquant la fermeture de deux classes. Les autorités sanitaires ont mis du temps à identifier ce nouveau variant qui ne correspond pour le moment à aucun autre variant déjà connu (Alpha, Beta ou encore Delta). La situation est désormais maîtrisée dans l'école précise l'ARS Bretagne. Selon l'Agence Régionale de Santé de Bretagne, ce variant aurait été transmis par une personne qui habite Nantes. Cette dernière serait venue assister à une soirée en famille à Bannalec et revenait d'un voyage en provenance d'Afrique.
  • L'accès au statut vaccinal des élèves retoqué. Ce 9 novembre, les membres du Conseil constitutionnel ont censuré l'accès très critiqué des directeurs d'établissements scolaires au statut vaccinal des élèves du projet de loi "vigilance sanitaire" voté par les députés le 5 novembre. L'Assemblée nationale avait pourtant accepté que les directeurs d'école et les chefs d'établissements scolaires du secondaire puissent y avoir accès, jusqu'à la fin de l'année scolaire 2022 contre l'avis des sénateurs. Mais les sages ont estimé que volet scolaire du projet de loi "vigilance sanitaire" portait une "atteinte disproportionnée au droit au respect de la vie privée". Ils ont en revanche validé la prolongation du pass sanitaire jusqu'à fin juillet 2022
  • Masque à l'école : obligatoire en France, où le porter ?

  • Protocole sanitaire à l'école : que prévoit le niveau 2 ?

  • Masque enfant : quel modèle choisir ?

  • Pas de pass sanitaire à l'école. Le ministre a également réaffirmé qu'il n'y aurait pas de pass sanitaire au sein des établissements scolaires. "On ne saurait exclure un élève" qui ne serait pas vacciné, mais l'objectif est de conserver les classes ouvertes dans le second degré. Les élèves non-vaccinés doivent suivre les cours à distance lorsqu'un cas positif est détecté dans une classe. "Cette mesure a sans doute permis d'avoir beaucoup d'enfants vaccinés entre 12 et 17 ans", a-t-il déclaré ce 25 octobre sur Europe 1. "C'est aussi grâce à ça que depuis début septembre, très peu de classes ont été fermées en collège et en lycée".
  • Harmonisation des règles d'indemnisation des parents. En cas de fermeture de classe, et si l'enfant est positif au Covid, l'un des parents ne pouvant télétravailler pourra bénéficier des indemnités journalières dérogatoires, sans délai de carence, avec un complément employeur, et ce qu'il soit vacciné ou non.
  • Purificateurs d'air et détecteurs de CO2 : mieux vaut ouvrir les fenêtres. "Ni les détecteurs de CO2 ni les purificateurs d'air ne sont l'alpha et l'oméga de la lutte contre le Covid", a déclaré Jean-Michel Blanquer sur France Inter ce 1er septembre. Le ministre précise par ailleurs que les collectivités ayant besoin d'une aide financière pour se doter de ces appareils pourront être aidées par le gouvernement.
  • Ecoles fermées : 1246 classes fermées en France

  • Chômage partiel et fermeture de classe : dans quels cas ?

Fermeture de classe et Covid : dans quels cas ?

En présence d'un cas positif au coronavirus dans une classe, les collégiens et lycéens vaccinés peuvent poursuivre les cours en présentiel alors que leurs camarades non vaccinés doivent rester chez eux durant 7 jours. "En primaire, lorsqu'il y aura un cas de contamination dans une classe, on fermera" a indiqué le ministre. 

        Source: Lire L’Article Complet