Elisa Pilarski : pour la mère de la jeune femme décédée, Curtis le chien est seul coupable

Plus d’un an et demi après la mort de sa fille, Nathalie Pilarski a témoigné pour la première fois face aux caméras de Sept à Huit (TF1) qui diffusait ses propos ce dimanche 4 juillet 2021.

Le 16 novembre 2019, Élisa Pilarski, son unique fille, a été retrouvée morte dans la forêt de Retz (Aisne), là où se déroulait au même moment une chasse à courre. La femme de 29 ans, enceinte de six mois, promenait Curtis, le chien de son compagnon, Christophe Ellul. L’autopsie a conclu à une “hémorragie consécutive à plusieurs morsures”. L’enquête a depuis révélé que Curtis, le chien du couple, est le seul canidé à l’origine de sa mort. 

“Je vais le faire piquer”, le SMS qui incriminerait le chien du couple

Après des mois de silence, Nathalie Pilarski est revenu sur le décès de sa fille unique. Dans son village de Rébénacq (Pyrénées-Atlantiques), elle se rappelle du moment où le maire de sa commune lui a annoncé le décès de sa fille. C’était en novembre 2019. Elle vivait en Picardie avec son compagnon Christophe Ellul, rencontré quelques mois plus tôt, et avec leurs deux chiens.

Nathalie Pilarski affirme que sa fille a toujours aimé les animaux. Plus jeune, elle possédait un poney avant d’avoir son propre chien, Billy, qu’elle a dressé seule. C’est grâce à lui qu’elle a rencontré son compagnon, début 2019.

“Ils se sont rencontrés sur les réseaux sociaux. Elle a demandé des conseils pour le dressage de son chien et il est allé la voir dans les Pyrénées. Il lui a dit qu’il faisait faire du sport à ses chiens : du saut en longueur, du saut en hauteur. Et elle s’est dit ‘pourquoi pas faire cette activité avec mon chien, comme je faisais avec mes chevaux'”, soutient Nathalie Pilarski. 

Après la mort d’Élisa Pilarski, Christophe Ellul a vécu quelques mois avec la mère de sa compagne et son oncle, chez eux, dans les Pyrenées. “Il nous martelait que tout est de la corruption. Il était catégorique en disant que ce n’est pas Curtis (qui l’a tuée, ndlr), comme si un chien pouvait avoir les mêmes sentiments qu’un humain”, se souvient Nathalie Pilarski dans Sept à Huit

Je sais très bien que ce n’est pas lui qui a tué Elisa, c’est son chien.

L’oncle de la victime s’est aussi souvenu des propos tenus par le compagnon de sa nièce : “Il me disait ‘Tu vas voir, à la fin c’est moi qui vais finir en prison. On va m’accuser, ça sera ma faute’.”

Refusant d’abord de croire que Curtis a tué la jeune femme de 29 ans, la famille change d’avis lorsque l’enquête révèle un SMS envoyé par Christophe Ellul à sa compagne. En route pour la retrouver dans la forêt de Retz après son appel au secours, l’homme lui aurait envoyé : “Je vais le faire piquer”. “Pourquoi il lui aurait envoyé ce texto si ce n’est pas parce qu’Élisa lui a dit qu’elle se faisait mordre par Curtis ?”, a réagi Nathalie Pilarski sur TF1.

Face au déni de Christophe Ellul, la mère de la jeune femme décédée a livré un dernier message à son attention : “On peut tous faire des erreurs et je sais très bien que ce n’est pas lui qui a tué Élisa, c’est son chien. Il faut qu’il reconnaisse que ça peut être son chien. Je ne sais pas ce que ça va changer pour moi… Enlever ce doute, et aider à continuer le chemin sans Elisa.”

Fin mars, la confrontation organisée entre Christophe Ellul et la famille Pialrski au tribunal judiciaire de Soissons n’a pas permis d’établir de nouvelles révélations. 

Christophe Ellul mis en examen pour homicide involontaire

Le compagnon d’Élisa Pilarski, Christophe Ellul, a été mis en examen avec quatre circonstances aggravantes le 4 mars 2021 “pour avoir par maladresse, imprudence, inattention, négligence ou manquement à une obligation de prudence ou de sécurité (…) involontairement causé la mort”, annonçait le procureur de la République. 

Le propriétaire de Curtis a toujours nié l’implication de son chien dans la mort de sa compagne. “Si Curtis était méchant ça se serait passé avant. Je sais à 100% qu’il est innocent. C’est mon chien, c’était notre chien. C’était le chien et le bébé à Elisa”, lançait-il dans Sept à Huit en janvier 2020, deux mois après les faits. 

En novembre 2020, des tests ADN réalisés sur 67 chiens participant à la chasse à courre qui avait lieu ce jour-là dans la forêt ont montré que Curtis est l’unique responsable de la mort d’Élisa Pilarski. Le 14 mai, son avocat, Me Alexandre Novion, a demandé la nullité de ces expertises, rapporte La Voix du Nord. La décision sera rendue par la cour d’appel d’Amiens le 23 juillet. 

L’homme, sous contrôle judiciaire avec interdiction d’approcher la famille d’Elisa Pilarski, vit actuellement dans les Pyrénées. 

  • Elisa Pilarski aurait été mordue par l’un des chiens du couple quelques mois avant sa mort
  • Mort d’Élisa Pilarski : son compagnon livre son récit détaillé du drame, et défend leur chien Curtis

Source: Lire L’Article Complet