Elle a découvert les neurones de "l’instinct parental": la neurobiologiste Catherine Dulac récompensée

Une récompense prestigieuse, pour des découvertes fondamentales. La neurobiologiste française et professeure à Harvard, Catherine Dulac, a reçu le Breakthrough Prize et sa dotation de 3 millions de dollars pour ses recherches sur l’instinct parental, en particulier chez la souris. 

La chercheuse, originaire de Montpellier et installée aux États-Unis depuis 25 ans, a ainsi identifié “les circuits de neurones du cerveau qui dictent à une souris femelle de prendre soin des souriceaux”, et ce, de manière instinctive. Ces mêmes neurones chez la souris mâle, lui dictent – selon les circonstances – de les attaquer. “le comportement infanticidaire est typique des mâles”, d’après les chercheurs. 

L’instinct parental, un circuit neuronal particulier 

Outre la localisation de ces neurones, ses recherches ont également permis d’établir que “mâles et femelles ont chacun en eux les circuits comportementaux des deux sexes : la différence est que leurs hormones activent l’un ou l’autre des circuits, comme un interrupteur. Parfois, c’est l’autre circuit qui s’active, conduisant par exemple une mère stressée à tuer ses petits ou, encore plus spectaculaire, un mâle à s’occuper de sa progéniture lorsqu’il devient père”, rappelle ainsi un article de France 3 Occitanie. 

Ces découvertes fondamentales, le sont d’autant plus, que selon Catherine Dulac, elles pourraient s’étendre à d’autres espèces, dont les humaines. “Il y a un instinct, et l’instinct, c’est justement le fonctionnement de ces neurones, qui sont – je parie – dans le cerveau de tous les mammifères et disent à l’animal, quand il y a des signaux sur la présence de nouveau-nés : “Tu dois t’en occuper””, a ainsi expliqué la scientifique, comme le rapporte le journal Le Monde

Des avancées fondamentales pour comprendre le mécanisme parental 

Les découvertes de Catherine Dulac sont des avancées fondamentales pour comprendre la parentalité “physiologique”, et ses rouages. Bien que limités aujourd’hui à la souris – comme tient à le rappeler la neurobiologiste – ces travaux intéressent “tous ceux qui travaillent sur les questions transgenres”, explique Le Monde, notamment parce que celle-ci a pu prouver que le “câblage masculin et féminin existe en chacun”. 

La scientifique reçoit régulièrement des remerciements, de la part de familles et alliés de personnes transgenres. “Je suis une scientifique, je regarde les données, je suis neutre, dit-elle, mais admet que ça la touche énormément”, rapporte France 3 Occitanie 

Des millions de dollars distribués pour la science

En tout, c’est 18,75 millions de dollars qui ont été distribués par les différentes récompenses du Breakthrough Prize, pour des découvertes en sciences de la vie, physique fondamentale ou encore en mathématiques. 

Quant à ses trois millions de dollars reçus, Catherine Dulac a confié qu’elle en donnera une partie “à des causes liées à la santé et l’éducation des femmes et aux populations défavorisées”.  

Source: Lire L’Article Complet