Génération Identitaire : Thaïs d'Escufon, l'ancienne porte-parole condamnée de la prison

Thaïs d’Escufon a dénoncé cette condamnation qu’elle considère comme une grave atteinte à la liberté d’expression. 

Après la dissolution du groupuscule d’extrême droite Génération Identitaire en début d’année qui menait des opérations anti-migrants, l’ex-porte-parole de l’organisation, Thaïs d’Escufon, vient d’être jugée. Hier, le tribunal correctionnel de Saint-Gaudens, dans la Haute-Garonne, a condamné la jeune femme de 22 ans à deux mois de prison avec sursis et à 3 000 euros d’amende pour “injures publiques”. Un autre militant, Jérémie Piano, a lui aussi été condamné à la même peine pour “provocation à la haine raciale”. On vous explique les faits qui leur sont reprochés.

Thaïs condamnée à 2 mois de prison avec sursis et 3 000 € d’amende !En cause, des propos de bon sens défendant l’identité des autochtones européens.La justice ethnomasochiste a rendu un verdict délirant… mais Thaïs reste combative ????????Pour l’aider ⬇️https://t.co/rHL1wygT8g pic.twitter.com/VkEaI2OKRF

Cette décision prise par la justice fait suite à l’opération anti-migrants organisée le 19 janvier 2021 par Génération identitaire dans les Pyrénées. Les jeunes militants avaient alors mis en place plusieurs patrouilles au col du Portillon afin de sécuriser la frontière avec l’Espagne, expliquant que les migrants constituaient un danger. Thaïs d’Escufon a été condamnée pour avoir diffusé des vidéos de cette “mission”, tout comme Jérémie Piano. Le procureur de la République de Saint-Gaudens, Christophe Amunzateguy, a alors estimé lors du procès que celles-ci avaient “stigmatisé” les migrants. “La peine qui était requise contre moi était complètement délirante, la condamnation ne l’est pas beaucoup moins”, a déclaré Thaïs d’Escufon. Elle a également dénoncé une “atteinte très grave à la liberté d’expression” visant “à servir d’exemple pour criminaliser le discours anti-immigration”. Une affaire qui divise les Français…

Source: Lire L’Article Complet