Grève du 31 janvier à l’école : quelle mobilisation ?

Après deux mobilisations, une nouvelle journée de grève est prévue dans les écoles le mardi 31 janvier, pour protester une nouvelle fois contre la réforme des retraites. Quelle est l’ampleur de la mobilisation à venir ? On fait le point.

  • Grève du 31 janvier
  • Ecole fermée
  • Service minimum d'accueil
  • Un élève peut-il être refusé ?
  • Enseignant gréviste

Après une première journée de mobilisation le 17 janvier pour réclamer une revalorisation du métier d'enseignant, une deuxième grève le 19 janvier pour protester contre le projet de loi de la réforme des retraites, les enseignants vont à nouveau se mobiliser aux côtés d'autres secteurs pour la grève du mardi 31 janvier 2023. Les huit principaux syndicats français, qui avaient déjà initié l'appel à la grève du 19 janvier, ont décidé de faire front ensemble une seconde fois pour que la réforme ne passe pas. "Nous sommes déterminés à mobiliser et à faire plier le gouvernement", avait annoncé Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT général, après un point presse le 10 janvier dernier. Le syndicat SUD Education a d'ores et déjà fait savoir sur Twitter qu'il serait mobilisé, et il va même plus loin puisqu'il appelle à une reconduction de la grève après le 31 janvier

Une nouvelle grève annoncée le 31 janvier, et dans les écoles ?

Les huit principaux syndicats français ont annoncé qu'une nouvelle journée de grève serait organisée le 31 janvier, contre la réforme des retraites. L'ensemble des secteurs d'activités professionnelles sont appelés à poursuivre le mouvement, y compris l'Éducation nationale. Dans leur communiqué commun, en date du 19 janvier, ils donnent le ton de la prochaine mobilisation : "Nous sommes unis et déterminés à faire retirer ce projet de réforme des retraites, c'est pourquoi l'intersyndicale appelle à une nouvelle journée de grèves et de manifestations interprofessionnelles le 31 janvier." Des perturbations pourraient donc avoir lieu dans les écoles, collèges et lycées, ainsi qu'au niveau des services périscolaires.

Que faire si l'école ou la classe de mon enfant est fermée ?

Pour les parents qui souhaitent savoir si un service d'accueil sera maintenu pour cette journée de grève la réponse est oui. "Dans beaucoup d'écoles, lorsque celle-ci n'est pas fermée, seul-es quelques enseignant-es assureront la classe", précise le syndicat des enseignants dans son communiqué. Invitée sur RMC, Guislaine David a rappelé qu'un service d'accueil minimum est obligatoire dans les écoles du premier degré, les écoles maternelles et les écoles primaires. "C'est pour cela que l'on doit (les enseignants ndlr) se déclarer 48 heures à l'avance minimum pour organiser ce service", commente la secrétaire générale du Snuipp-FSU. En revanche, elle précise que dans certains territoires ce service pourrait ne pas être mis en place. Dans les cas où il n'y aurait pas de service de garde mis en place, les parents d'élèves doivent de leur côté trouver une solution pour faire garder leurs enfants (nounou, baby sitter, garde par un voisin, une voisine de confiance ou les grands-parents). Sans solution, certains parents n'ont d'autres choix que de poser un jour de RTT ou un jour de télétravail.

Un service minimum d'accueil est-il prévu dans les écoles ?

En cas de grève dans les écoles, un service minimum d'accueil est prévu par la loi, dans certaines conditions. Les établissements du premier degré (écoles primaires et élémentaires) doivent assurer un service minimum d'accueil pour tous leurs élèves, lorsqu'il y a plus de 25% d'enseignants déclarés en grève. En revanche, les collèges ou les lycées ne sont pas soumis à cette obligation. De même pour les crèches et l'accueil périscolaire dans les structures.

Un élève peut-il être refusé à l'école lors d'une grève ?

Dans le premier degré, même s'il y a une grève prévue dans un établissement scolaire, en aucun cas un élève peut être refusé à l'école. "Un élève en école primaire (maternelle ou élémentaire) doit être accueilli pendant le temps de la classe, même si son maître ou sa maîtresse est absent. Ce service d'accueil est gratuit. Il est assuré différemment à l'école publique et à l'école privée sous contrat", indique le site du Service Public, selon la loi en vigueur depuis 2008. 

Les professeurs sont-ils obligés de se déclarer grévistes en avance ?

Le droit de grève dans l'Éducation nationale répond à quelques obligations. Dans le premier degré, les professeurs des écoles doivent déclarer à l'avance leur intention de se mettre en grève, au moins 48 heures avant le mouvement, en respectant un jour ouvré. Il n'est donc pas possible de se déclarer gréviste le vendredi si la grève a lieu le lundi. Si l'enseignant n'informe pas sa direction, il encoure une sanction disciplinaire, indique le site du ministère.

Dans les collèges et lycées, si un préavis a déjà été déposé par un syndicat les enseignants n'ont pas l'obligation de se déclarer gréviste à l'avance. C'est à la direction de l'établissement de procéder au recensement des grévistes et d'en informer les élèves et leurs familles en amont. Dans les faits, certains professeurs utilisent aussi les plateformes interactives avec les élèves et les familles pour annoncer quelques heures avant le début des cours leur participation ou non. Conseil : n'hésitez pas non plus à joindre la direction de l'école quelques jours avant ou la veille pour connaître les détails de la mobilisation à venir. 

Source: Lire L’Article Complet